Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PMA pour toutes : l'association les Bascos signe une tribune pour un examen du projet de loi en septembre

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu Pays Basque

Le Landais Bernard Gachen, président de l'association de défense des droits LGBT les Bascos, signe une tribune dans le JDD pour un examen du projet de loi ouvrant à la PMA à toutes les femmes en septembre. La centaine de signataires de la tribune craint un abandon de cette promesse présidentielle.

Manifestation pour la PMA pour toutes à Paris
Manifestation pour la PMA pour toutes à Paris © Radio France - Nathanael Charbonnier

Une centaine de personnes (députés, président d'associations, médecins, avocats, personnalités publiques) signent une tribune ce dimanche dans le journal le JDD pour exiger l'inscription du projet de loi relatif à la bioéthique en seconde lecture dès le mois de septembre. Ce texte qui ouvre la Procréation Médicalement Assistée (PMA) à toutes les femmes, n'est pas encore revenu à l'Assemblée Nationale car le calendrier parlementaire a été bousculé par la crise du COVID 19. 

Parmi les signataires de cette tribune, il y a le Landais Bernard Gachen. Cet habitant d'Angresse (Landes) préside l'association de défense des droits des personnes lesbiennes, gays, bis et trans les Bascos. Implantée à Bayonne, elle compte 300 adhérents dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. Comme la centaine de signataires de la tribune du JDD, le président des Bascos craint un abandon de cette promesse présidentielle.

"L'urgence sanitaire et sociale fait qu'un certain nombre de textes doivent être votés  car notre pays traverse une crise grave. C'est une réalité reconnaît Bernard Gachen. Mais on ne voudrait pas que cette réalité serve de prétexte pour que l'on repousse aux calendes grecques l'adoption de la PMA pour toutes". 

"Reporter, c'est prendre le risque que ce texte ouvrant la PMA à toutes les femmes ne soit jamais adopté" selon le président landais de l'association les Bascos signataire de la tribune dans le JDD

Le président de l'association les Bascos explique que les défenseurs de l'ouverture de la PMA à toutes les femmes ont eu un peu peur car Gilles Legendre, responsable du groupe LREM à l'Assemblée Nationale, a déclaré le 21 mai sur LCI qu'il espérait que les députés puissent adopter la PMA d'ici la fin du quinquennat. "On sait très bien que lorsqu'on arrive à la fin d'un quinquennat en principe on ne vote pas des textes qui peuvent cristalliser un petit peu l'opposition" s'inquiète Bernard Gachen. 

Suite aux propos de Gilles Legendre, le ministre de la santé, Olivier Véran, avait indiqué dans un tweet que si la priorité donnée à la crise sanitaire rendait difficile l'adoption de la loi bioéthique avant l'été, qu'elle le serait "dans les tout prochains mois".

Le président de l'association les Bascos note malgré tout des signes de manque de motivation de la part du gouvernement  sur ce dossier de la PMA pour toutes.  Il y a eu beaucoup de temps entre la promesse d'Emmanuel Macron en 2017 et l'arrivée du texte au Parlement où il a été voté en première lecture selon Bernard Gachen. "Il était prévu que le texte soit déjà discuté bien plus tôt dans le quinquennat et finalement il n'est arrivé qu'à l'automne dernier. Nous avons le sentiment qu'il y a une procrastination au niveau de ce texte. On s'en inquiète car on sait que les échéances peuvent amener des hommes politiques à modifier leurs promesses et à les tenir ou ne pas les tenir. On a déjà attendu longtemps ".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu