Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PMA pour toutes : la députée LREM de Meurthe-et-Moselle Carole Grandjean demande un vote dès septembre

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La députée "La République en Marche" de Meurthe-et-Moselle, Carole Grandjean, fait partie des 45 parlementaires signataires d'une tribune demandent le vote de la loi de bioéthique dès septembre. Le patron des députés marcheurs avait estimé qu'il faudrait voter le texte avant la fin du quinquennat.

Carole Grandjean sera la députée de la première circonscription de Meurthe-et-Moselle
Carole Grandjean sera la députée de la première circonscription de Meurthe-et-Moselle © Radio France - Thomas Schonheere

Il y a "urgence pour la PMA" selon 45 députés et de nombreuses personnalités qui signent ce dimanche une tribune dans "le journal du dimanche". Parmi ces élus, la députée LREM de Meurthe-et-Moselle Carole Grandjean, sur la liste de Laurent Hénart aux municipales à Nancy. Les signataires de cette tribune estiment qu'il faut inscrire à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale en septembre l'examen en seconde lecture de la loi de bioéthique instaurant la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes.

Ne pas attendre la fin du quinquennat

Le texte prévu au printemps n'a pas pu être voté suite à la crise du coronavirus. Il ne le sera pas avant l'été selon le ministère de la santé. Le patron des députés marcheurs Gilles Le Gendre avait estimé il y a quelques jours qu'il faudrait voter le texte d'ici la fin du quinquennat donc en 2022, provoquant la colère de nombreuses associations et parlementaires.

Pour les signataires, il y a urgence car de nombreux centres de PMA ont fermé à l'étranger ou ont été rendus inaccessibles par la fermeture des frontières. "Nous ne pouvons plus accepter que certaines femmes, parce que célibataires ou en couple lesbien, soient contraintes de prendre des risques en pratiquant des PMA sans encadrement médical ou à l'étranger", dénoncent les auteurs du texte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu