Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Poitiers : 2000 personnes manifestent contre le projet de loi "sécurité globale"

-
Par , France Bleu Poitou

Le projet de loi "sécurité globale" continue de mobiliser contre lui dans les Deux-Sèvres et dans la Vienne. Ce samedi 28 novembre, plusieurs manifestations ont eu lieu dans les deux départements. Ils étaient 2000 devant la mairie à Poitiers, 600 à Niort.

A Poitiers, 2000 personnes manifestent contre le projet de loi "sécurité globale".
A Poitiers, 2000 personnes manifestent contre le projet de loi "sécurité globale". © Radio France - Thibault Lecoq

2000 manifestants à Poitiers, 600 à Niort, une cinquantaine à Bressuire, le projet de loi "sécurité globale" mobilisent contre lui dans la Vienne et les Deux-Sèvres. À l'appel du collectif "Stop Loi Sécurité Globale",les opposants à cette loi se sont rassemblés ce samedi 28 novembre. Tous dénoncent une loi liberticide. Les participants ont aussi défilé contre les violences policières.

Le mot d'ordre sur les pancartes et dans les slogans : "non à la sécurité globale". Pour Vivien, lutter contre cette loi, c'est lutter contre les violences policières. "C'est quand même un gros scandale parce que, déjà, flouter les policiers c'est un vrai problème. Je pense que ce qu'on veut aujourd'hui, c'est surtout que déjà la violence policière soit reconnue. Et qu'elle soit toujours autant dénoncée. _Ce n'est pas avec cette loi que ça va continuer_", explique-t-il.

Ce qui motive aussi les manifestants à défiler et notamment Jean-François, ce sont les vidéos de violences policières qui sont sorties cette semaine. "Je suis choqué", assure ce militant Lutte Ouvrière. Il poursuit : "il faut que ça s'arrête. Ce n'est pas possible."

Pour Simon, entouré de ses amis et avec une grande pancarte "Police partout, images nulle part", le confinement n'est pas une excuse pour se taire. "En confinement, on ne peut pas faire grand chose. Là la possibilité de pouvoir s'exprimer, vraiment ça fait du bien. _On a besoin tous, toutes de faire ça et de pouvoir crier qu'on est contre cette loi et contre toutes ces bavures_", argumente-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess