Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Poitiers : des flaques dans son appartement et des murs imbibés d'eau

samedi 6 janvier 2018 à 7:01 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

A Poitiers, une mère de famille de 43 ans, asthmatique et en fauteuil roulant, ne sait plus quoi faire. Son appartement HLM de Bel-Air présente des infiltrations d'eau. Son bailleur social prévoit de nouveaux tests. En attendant, elle est obligée d'éponger le sol tous les jours.

Des flaques d'eau dans l'appartement
Des flaques d'eau dans l'appartement © Radio France - Isabelle Rivière

Poitiers, France

A Poitiers, une locataire d'Ekidom n'en peut plus. Depuis plus d'une semaine, elle subit des infiltrations d'eau importantes dans son logement suite aux intempéries de ces derniers jours. Flaques d'eau, traces de moisissures sur les murs... Cette mère de famille,   en fauteuil roulant et asthmatique,  a contacté le bailleur social. 

Ekidom est déjà intervenu une première fois mais peine à trouver la cause de ces infiltrations. Des infiltrations qui apparaissent surtout quand il y a du vent et de la pluie comme c'est le cas depuis plusieurs jours. Autant dire que pour cette locataire, le quotidien est devenu invivable.

Des serviettes et des plaids par terre 

D'emblée dans l'entrée de cet appartement, ce qu'on voit à l'angle des 2 chambres, ce sont ces grosses serviettes éponges au sol... Elles sont trempées. Sur les porte-manteaux dans la chambre, Marie-Hélène Buch a accroché des serviettes de bain sèches  de manière à les avoir sous la main.

"On n'utilise plus de serpillières car elle ne sont pas suffisamment absorbantes. Maintenant, on met des serviettes éponge ou des plaids. On n'a pas le choix si on veut éponger toute l'eau par terre"  

Cela fait 5 ans que Marie-Hélène Buch, 43 ans, vit dans cet appartement HLM non adapté aux personnes à mobilité réduite, et ce, malgré son handicap. Alors, ces infiltrations, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Aujourd'hui, le mur entre sa chambre et celle de son fils suinte constamment. La peinture sur les plinthes s'est décollée. Il y a des traces sombres sous la tapisserie. 

"Ma famille a vu qu'il y avait une grosse plaque de moisi sous la tête de mon lit au coin de la chambre", souffle Marie-Hélène avec dépit.   

L'infirmière inquiète pour son état de santé

Aurélie, l'infirmière de cette Poitevine, s'inquiète. Cette dame est en fauteuil roulant et vit seule avec son fils de 8 ans, explique-t-elle.   

"Depuis une grosse dizaine de jours, avec l'autre infirmière, nous avons pu constater de grosses infiltrations d'eau par les murs internes de cet appartement avec d'énormes flaques d'eau qu'elle arrive à absorber avec des serviettes éponges et malgré cela, les flaques d'eau se reforment. Et c'est une dame qui est en fauteuil roulant, asthmatique, donc, je ne vous dis pas. Par rapport à son état de santé, c'est catastrophique."  

Refaire des tests d'arrosage

Alerté une première fois fin 2016, le bailleur social a déjà réalisé des travaux d'étanchéité salutaires. Mais les experts ont du mal à trouver l'origine de cette infiltration. Il faut dire que lorsque les techniciens sont venus pour réaliser un test d'arrosage, la locataire la plus concernée était absente. Ils n'ont pas pu entrer dans son appartement pour examiner les effets de leur essai.

Pour qu'il y ait infiltrations, il faut des conditions climatiques particulières : pluies et vents conjugués. Et c'est dans ce contexte météo que doit être effectué ce type de tests. 

Alerté le 3 janvier par sa locataire, hier matin, Ekidom s'est rendu sur place, a pris des photos que le bailleur compte transmettre à l'expert avant de refaire des tests d'arrosage

Relogement proposé

D'ici là, le bailleur social compte proposer, comme il l'avait déjà fait l'an dernier, un relogement à madame Buch,  un appartement adapté à son handicap et sans infiltrations.