Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Poitiers : Ekidom contraint d'augmenter ses loyers en 2019

dimanche 27 janvier 2019 à 4:57 - Mis à jour le samedi 26 janvier 2019 à 19:59 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Poitou

Ekidom vient d'envoyer un courrier à ses locataires pour les informer que les loyers augmentent de 1,25% en 2019. Le bailleur social public du Grand Poitiers n'a pas le choix.

Ekidom craint de perdre quatre millions d'euros en 2020.
Ekidom craint de perdre quatre millions d'euros en 2020. © Radio France - Charlotte Jousserand

Poitiers, France

Les locataires de 12.800 logements d'Ekidom ont reçu une lettre en ce mois de janvier 2019 pour leur annoncer que leur loyer augmente cette année de 1,25%. Une hausse votée par le conseil d'administration d'Ekidom qui est indispensable car le bailleur social public du Grand Poitiers perd 2 millions d'euros de budget chaque année à cause des mesures prises par le gouvernement. 

Une hausse de loyer qui ne compensera pas les pertes

Quelques mois après l'élection d'Emmanuel Macron, l'exécutif a engagé des réformes des HLM pour faire des économies à hauteur d'1,5 milliard d'euros. Le gouvernement a baissé les APL mais les locataires ne s'en sont pas rendus compte car l'exécutif a imposé aux bailleurs sociaux publics de compenser cette baisse, en baissant eux-même les loyers, c'est la "réduction de loyer solidarité". "Le gouvernement a fait un cadeau aux locataires sur le dos des bailleurs", résume Daniel Hoffnung, le président d'Ekidom.

La hausse de loyer de 1,25% cela représente "environ 3 euros de plus par mois pour chaque locataire, on peut comprendre que cela compte à la fin du mois mais nous n'avons pas le choix", indique Stéphanie Bonnet, la directrice générale. Cette hausse ne compensera pas la perte de 2 millions d'euros en 2018 explique Stéphanie Bonnet car elle devrait rapporter "selon le prévisionnel environ 500.000 euros" à Ekidom qui puise 95% de son chiffres d'affaires dans la perception des loyers

Des chantiers étalés ou annulés

Pour Ekidom, les mesures du gouvernement entraînent la perte de 2 millions d'euros en 2018, autant en 2019 et ce sera "4 millions d'euros de moins en 2020 si les choses restent telles quelles", explique Daniel Hoffnung. Or, Ekidom avait prévu avant ces mesures un grand programme de travaux. "165 millions d'euros de travaux jusqu'en 2023", détaille Stéphanie Bonnet, la directrice générale, avec notamment, des travaux de rénovations thermiques et des travaux d'accessibilité dans les immeubles.  

Face à cette baisse de plusieurs millions d'euros dans ses recettes annuelles, Ekidom doit revoir à la baisse ses chantiers et même "étaler, voir retarder dans le temps certains travaux", selon Stéphanie Bonnet. Autre conséquence, deux fois moins de nouveaux logements neufs dans le Grand Poitiers. Stéphanie Bonnet estime qu'il y en aura "entre 40 et 50 chaque année maximum, au lieu de 80, cela va réduire notre action sur le développement de logements neufs accessibles et adaptés". 

Ekidom comme les autres bailleurs sociaux publics espère que la réforme sera revue avant 2020 pour éviter de devoir revoir complètement leurs investissements futurs.