Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Poitiers : le diocèse mise sur le numérique pour collecter le denier de l'Eglise

-
Par , France Bleu Poitou

La campagne de collecte du denier de l'Eglise commence cette semaine dans tous les diocèses de France. L'économe du diocèse de Poitiers Thierry Seguin est l'invité de France Bleu Poitou pour expliquer l'importance de cette collecte pour l'institution.

Thierry Seguin, économe du Diocèse de Poitiers, explique que de plus en plus de dons à l'Eglise se font via une application ou sur un site internet.
Thierry Seguin, économe du Diocèse de Poitiers, explique que de plus en plus de dons à l'Eglise se font via une application ou sur un site internet. © Radio France - Noémie Philippot

Les fidèles du diocèse de Poitiers sont appelés aux dons à partir de cette semaine avec le lancement de la campagne de collecte du denier de l'Eglise. Créé en 1905 au moment de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, il "sert à pourvoir au traitement des prêtres et des laïcs [les personnes qui ne font pas parties des ordres, ndlr] qui travaillent pour le diocèse" explique Thierry Seguin, l'économe du diocèse de Poitiers. Le denier de l'Eglise est une ressource essentielle pour le diocèse puisqu'il "représente plus de 35% des ressources, donc c'est une campagne très importante."

750.000€ de moins à cause de la crise sanitaire

Son importance est d'autant plus marquée que le diocèse n'a pas échappé aux difficultés liées à la crise du coronavirus. "Les églises ont été fermées pendant trois mois, on a estimé à peu près à 750.000€ le manque de ressources perçues sur cette période" détaille Thierry Seguin. "On a réussi à faire 250.000 euros d'économies donc la perte nette représente pour l'exercice 2020 environ 15% de nos ressources." Le diocèse a pu faire face à cette perte car "on a eu la chance d'avoir un exercice 2019 avec un résultat d'exploitation à l'équilibre."

Quant à l'année 2021, Thierry Seguin reste pour l'instant serein. Tant qu'il n'y a pas de nouveau confinement, "que l'activité cultuelle peut se poursuivre, nous pouvons avoir des ressources." En 2020 à Poitiers, l'Eglise a récolté 2.650.000€ avec la collecte du denier, "une somme en progression de 10% par rapport à 2019. On espère qu'on maintiendra ce niveau de collecte en 2021."

Les dons en lignes ont doublé

Les fidèles étaient donc au rendez-vous mais "d'autres ressources ont fortement baissé. Il est probable qu'il y ait eu un report des quêtes dominicales sur le denier de l'Eglise" analyse l'économe du diocèse. 

Pour s'adapter à la baisse de fréquentation des églises avec les règles sanitaires et les inquiétudes vis-à-vis du virus de certains paroissiens, le diocèse mise sur le numérique, déjà utilisé pendant le confinement avec "une campagne numérique" de dons à Noël et une seconde en ce moment pour le Carême. "Ça nous a permis d'avoir une progression des dons en ligne, on a doublé : on est passé de 7 à 14% de la collecte qui se fait maintenant par les dons en ligne. Les paroissiens qui ne peuvent pas forcément se déplacer commencent à prendre l'habitude de pouvoir donner aussi par internet." Une nouvelle campagne en ligne sera d'ailleurs lancée pour Noël 2021. 

Les façons de faire des dons au diocèse évoluent et les donateurs aussi, ils ne sont plus les mêmes que ceux qui glissent une pièce dans le panier de la quête pendant la messe du dimanche. "On s'est rendu compte en 2020 qu'on a eu beaucoup de nouveaux donateurs, de moins de 50 ans qu'on a pu toucher par le biais des réseaux sociaux, de nouveaux outils numériques" explique Thierry Seguin, "ça nous permet de rajeunir notre base de donateurs." Mais le changement se glisse aussi sur les bancs des église "avec le développement des applications qui permettent de donner. Les gens ont de moins en moins de monnaie donc ils peuvent donner à la quête par le biais de leur téléphone ou internet. Ces ressources se développent, l'habitude s'est prise en 2020 et je pense qu'elle va continuer en 2021." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess