Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Polémique après une black face dans l'émission Sept à Huit sur TF1

-
Par , France Bleu

Ce dimanche 16 février, l'émission Sept à Huit sur TF1 s'est attiré les foudres de nombreux spectateurs. En cause, le choix de la production de grimer une jeune fille avec du maquillage noir et une perruque afro, une pratique appelée "Black Face", pour garantir son anonymat.

Nina, grimée par la production de Sept à Huit lors de son interview pour garantir son anonymat.
Nina, grimée par la production de Sept à Huit lors de son interview pour garantir son anonymat. - Capture écran TF1

Depuis la diffusion de l'interview de Nina et son père, ce dimanche 16 février, dans l'émission Sept à Huit, les réactions des internautes se font de plus en plus nombreuses. Ce ne sont pas les propos de la famille, venue parler du sujet grave de la prostitution de mineurs, mais le choix de la production de grimer la jeune fille avec du maquillage noir et une perruque afro. Une "black face" qui s'expliquerait par la volonté de garantir l'anonymat de Nina, mais que convainc pas les internautes :

Le Black Face est une pratique qui rappelle les maquillages racistes du théâtre américain où les acteurs blancs se grimaient en noirs pour les moquer. 

Harry Roselmack défend l'émission dans une tribune

Le présentateur Harry Roselmack a voulu éteindre la polémique dans une tribune : "Nous ne sommes pas dans une démarche d'agrément, de divertissement, de moquerie, de stigmatisation. C'est un maquillage destiné à préserver au mieux l'anonymat d'une personne mineure qui témoigne d'un vécu qui pourrait lui porter préjudice. Nous ne sommes donc pas dans une démarche constitutive d'une black face". Il évoque également le fait que la séquence portrait de l'émission ne soit jamais flouté. 

Le choix de ce maquillage a été opéré après tests, par des spécialistes, avec l'accord de Nina et ses parents. Sans entrer dans des détails qui pourraient aider à identifier Nina, ce choix était le plus efficace sur le plan visuel. - Harry Roselmack

Vous pouvez revoir l'émission sur le site de TF1.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu