Société

Polémique autour d’une décharge sauvage à Bordeaux-Lac

France Bleu Gironde mercredi 26 février 2014 à 9:44

Pascale Cadorel est exaspérée par le tas de déchets qui ne cesse de grossir sur ce terrain de l'avenue du Docteur-Schinazi.
Pascale Cadorel est exaspérée par le tas de déchets qui ne cesse de grossir sur ce terrain de l'avenue du Docteur-Schinazi. © Radio France

Depuis des mois, des artisans et commerçants viennent déposer toutes sortes de détritus sur un terrain situé dans une zone d'activité du Lac à Bordeaux. Certains employés n'en peuvent plus, car le nettoyage n'a toujours pas été assuré. En cause: un désaccord sur la propriété du terrain.

Tas de pierres, gravats, planches pourries mais aussi matelas, téléviseurs, bouteilles ou sacs plastiques. Depuis des mois, les détritus s’accumulent sur ce terrain de l'avenue du Docteur-Schinazi dans le quartier du Lac à Bordeaux. Une véritable décharge sauvage à ciel ouvert , où s’arrêtent tous les jours des camionnettes pour y laisser leurs détritus.

Pascale Cadorel est informaticienne dans une entreprise située dans le secteur. Elle ne supporte plus la vue sur ces déchets qui ne cessent s’empiler.

"Ça a commencé l’été dernier, mais depuis le début de l’année, ça commence à monter en hauteur. Le tas s’étend désormais sur une cinquantaine de mètres. Ce n’est plus possible."

Qui doit nettoyer ?

La municipalité de Bordeaux assure le nettoyage de la voie quand les déchets débordent. Elle verbalise aussi les commerçants pris en flagrant délit. Mais elle n’a pour l’instant pas débarrassé le terrain des détritus.

"C’est une parcelle de terrain qui est privée, elle appartient à une société civile immobilière." "Quand vous avez un terrain, vous avez obligation de l’entretenir." — Jean-Louis David, maire-adjoint de Bordeaux chargé de la propreté et du domaine public

Or, le propriétaire visé affirme que ce terrain ne lui appartient pas. "Il n’a qu’à donner son terrain à la collectivité publique, dans ce cas. Mais nous savons que c’est un domaine privé" , répond Jean-Louis David.

Alain Juppé a finalement ordonné lundi le nettoyage du terrain, mais le maire de Bordeaux affirme la facture sera envoyée au propriétaire.

Les déchets s'empilent, personne ne nettoie