Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Polémique "Parisien, rentre chez toi" à Bordeaux : beaucoup de bruit pour rien

mercredi 25 octobre 2017 à 18:01 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Paris, France Bleu Gironde et France Bleu

Il y aurait une fronde anti-Parisiens à Bordeaux. Les attaques se multiplieraient depuis la mise en service de la LGV mettant Bordeaux à 2h de Paris. La polémique a pris une nouvelle dimension avec le tweet d'Alain Juppé ce mercredi, mais dans les rues, aucun Bordelais ne se reconnaît dans ce buzz.

Un des rares autocollants retrouvés à Bordeaux
Un des rares autocollants retrouvés à Bordeaux © Radio France - CB

Il n'est pas simple déjà de trouver les autocollants incriminés, en noir et blanc, intimant : "Parisien, rentre chez toi". Les Bordelais que nous avons rencontrés, ne les ont pas vus. Tout juste ont-ils été alertés de ce tweet du maire de Bordeaux Alain Juppé ce mercredi matin qui a placé la polémique parmi les sujets les plus commentés sur les réseaux sociaux.

Un, deux, trois autocollants dans les rues ?

Un auto-collant a été retrouvé aux Chartrons, un autre à la gare, un troisième près du stade Chaban-Delmas, mais Céline et Ludovic n'en n'ont même pas entendu parler : "pas vu non, ni ressenti d'ailleurs une quelconque fronde anti-Parisiens, à part peut-être deux ou trois réflexions sur le prix de l'immobilier qui grimpe et qui serait la faute des Parisiens". La hausse du prix au m² est constante depuis dix ans à Bordeaux. Elle s'est accélérée sur un an (+15%), "mais comme ç'a été le cas à Nantes ou Rennes" selon Anne-Iris Poussièlgues, la fondatrice de l'association Parisiens de Bordeaux, créée il y a 5 ans et qui revendique 500 membres.

Selon elle, ce "buzz est ridicule" et "derrière cette petite fronde, il y quelques personnes médiocres, instrumentalisées. Parce que je ne crois pas que des gens puissent en vouloir aussi brusquement et de manière aussi primaire, aux nouveaux arrivants. Demain, ce sera au tour de qui ? Des Toulousains qu'il faudra critiquer parce qu'eux-aussi viennent en nombre à Bordeaux ?"

Des boucs-émissaires faciles ?

Les Parisiens (qui représentent 70% des 50 000 nouveaux habitants de Bordeaux depuis 1996) sont devenus, c'est vrai, des "boucs-émissaires faciles de certains maux de Bordeaux" selon Vincent, qui a monté la page Facebook, qui se veut potache, FLBP (Front de Libération Bordeluche face au Parisiannisme). Elle compte plus de 6.000 fans. Lui condamne les auto-collants "haineux" mais évoque "une grogne, un air du temps, un mouvement d'humeur basé sur des faits comme la rocade bouchonnée, la spéculation immobilière et ce que devient Saint-Michel". Mais il veut juste "en rigoler", et pousser peut-être les autorités dont le maire de Bordeaux à réfléchir, parfois, sur le côté négatif de cette ville devenue très/trop attractive ?

Capture écran "Front de Libération Bordeluche face au Parisianisme" - Aucun(e)
Capture écran "Front de Libération Bordeluche face au Parisianisme"

Par ailleurs, Alain Juppé, a écrit ce mercredi au procureur de la République de Bordeaux pour dénoncer les graffitis et dégradations découverts sur la façade d'un nouveau restaurant-déco "Yvonne" à la rentrée lors de l'inauguration du lieu. Il était écrit notamment "A St Mich', on nique les riches".