Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Polémique sur le voile : la maman belfortaine prise à partie au conseil régional sort de son silence

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon, France Bleu, France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne

La maman de Belfort prise à partie vendredi dernier par un élu du Rassemblement national lors de la session du conseil régional, parce qu'elle portait un voile, parle pour la première fois. Elle a répondu aux questions du collectif contre l’islamophobie.

Une mère de famille voilée lors d'une sortie scolaire, prise à partie par un élu RN au conseil régional Bourgogne Franche-Comté.
Une mère de famille voilée lors d'une sortie scolaire, prise à partie par un élu RN au conseil régional Bourgogne Franche-Comté. © Maxppp - JC Tardivon

Belfort, France

Elle n'avait pas parlé depuis l'incident. Fatima, la maman belfortaine prise à partie vendredi dernier par un élu du Rassemblement national lors de la session du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, parle pour la première fois. Cette femme, à qui on a demandé d’enlever son voile lors d'une sortie scolaire, et qui se retrouve symbole de cette question sur le voile, a répondu aux questions du collectif contre l’islamophobie. Elle revient longuement sur l'incident et sur ses conséquences sur sa vie. 

J'étais là sans être là  

Elle raconte d'abord son arrivée dans l'hémicycle de la région. Elle s’installe discrètement. Elle ne comprend pas d'abord que celui qui est en train de crier (le conseiller régional RN Julien Odoul) s'adresse à elle. Elle entend "au nom de la laïcité", puis elle comprend. 

Les enfants autour d'elle s'agitent, et là, dit-elle, elle s'est mise à sourire pour les protéger. "Franchement, j'étais là sans être là". "La seule chose que j'ai vue c'est la détresse des enfants". Fatima a entendu des conseillers régionaux la soutenir, lui dire de rester, mais quand son fils s'est mis à pleurer, dit-elle, elle est partie.

Prise à partie très violemment par une élue

Hors de l'hémicycle, l'incident se poursuit. Elle est prise à partie très violemment par une conseillère régionale RN qui lui dit : " Vous allez voir, on va gagner. Les Russes vont arriver !". "Elle était à la limite de me bousculer. Heureusement un vigile est intervenu, ce qui m'a rassurée", raconte la mère de famille, "Elle avait un regard... quand je ferme les yeux, je la revois". 

Je suis fatiguée, j'ai peur de tout 

Fatima raconte aussi l'après. Le retour à Belfort. Elle a mis un peu de temps à comprendre ce qui s’était passé, à réaliser qu'en quelques jours elle est devenue un symbole, avec sa photo partout. "Je suis fatiguée, j'ai peur de tout". Son fils a fait des cauchemars, il est suivi par un psychologue. Devant lui, elle s'efforce de dédramatiser, de reparler de l'incident en riant, en lui disant qu'il est une star partout sur les réseaux sociaux. 

Ses convictions ont été mises à mal

Ce qu'elle regrette le plus, c'est que ce contre quoi elle luttait depuis toujours est arrivé. Aux enfants qui avaient envie de se replier dans le communautarisme, qui disaient que la France était contre eux, elle répondait toujours que ce n’était pas vrai. Là, à la fin de l'incident, ils lui ont dit : "Tu vois, on te l'avait dit, ils ne nous aiment pas !"  "Et là", ajoute-t-elle, "je ne pouvais même plus parler. Les enfants sont venus là pour apprendre : qu'ont-ils appris ?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu