Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Polémique sur les 14 millions d'euros touchés par le directeur sortant d'Alcatel-Lucent

lundi 31 août 2015 à 10:21 - Mis à jour le lundi 31 août 2015 à 15:09 Par Marina Cabiten, France Bleu

Le directeur général d'Alcatel Lucent, Michel Combes, a défendu lundi la rémunération de près de 14 millions d'euros qu'il devrait percevoir après son départ mardi. Une somme qui choque les syndicats mais attire également l'attention du Medef.

Michel Combes
Michel Combes © MaxPPP

Il est "fier du travail accompli" et ne compte pas renoncer à cette rémunération qui choque. Michel Combes s'est défendu lundi dans une interview accordée au journal Les Échos, au lendemain de la divulgation de cette somme de 14 millions d'euros dans le Journal du Dimanche

Un bilan défendu par l'entreprise

Les sommes attribuées au directeur général du groupe franco-américain, sous forme d'actions, "sont d'autant plus choquantes que les résultats n'étaient pas, on va dire, au rendez-vous", a déclaré le vice-président du Medef Thibault Lanxade lundi sur RTL, précisant que l'organisation patronale allait se pencher sur la question.    

La direction de l'équipementier, sur le point d'être racheté par Nokia, a de son côté défendu le bilan de Michel Combes, qui "a permis de multiplier par six la valeur de l'entreprise et l'a sauvée de la faillite" , selon elle, mais les syndicats dénoncent le fait que ce redressement se soit traduit par 10.000 suppressions de postes entre 2013 et 2015, dont 600 en France .    

À LIRE AUSSI : Nokia rachète Alcatel-Lucent

Appels à renoncer non entendus

Michel Combes va quitter son poste mardi en recevant 4,5 millions d'actions sur trois ans, selon des documents officiels cités par le Journal du Dimanche, qui chiffre ces "primes" de départ à 13,7 millions d'euros.   

La CFE-CGC estime que "Michel Combes devrait avoir l'élégance de renoncer à la majeure partie de ses indemnités" . Interrogé en marge de l'université d'été du PS, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a lui aussi demandé à Michel Combes, de "réfléchir" à ses conditions de départ, estimant qu'il "faut toujours garder le sens de la mesure". Même son de cloche lundi matin de la part du ministre des Finances Michel Sapin, selon lequel "il est encore temps" pour Michel Combes de renoncer à cette rémunération. Des perches que l'intéressé a décidé de ne pas saisir.