Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Police municipale : où sont les armes ?

mercredi 2 mars 2016 à 0:10 Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne

Juste après les attentats du 13 novembre, François Hollande proposait aux maires qui le souhaitent de récupérer des armes dans les stocks de la police nationale pour les confier aux policiers municipaux. Dans la Marne, dans les Ardennes, quelles communes ont armé leurs agents ?

Police municipale armée
Police municipale armée © Maxppp - Maxppp

Reims, France

Revin, Nouzonville, bientôt Fumay. Le revolver à la ceinture du policier municipal est chose courante dans la pointe des Ardennes. La possibilité de récupérer gratuitement des revolvers dans les stocks de la police nationale constitue une aubaine étudiée sérieusement par plusieurs municipalités.

À Fumay, les agents étaient jusqu'alors dotés de matraques et de bombes lacrymogènes. C'est l'équipement de base dans la majorité des communes. La plupart n'envisagent pas d'aller plus loin. C'est le cas à Vitry-le-François par exemple.

À Fère-Champenoise, l'ancien maire a même fini par faire machine arrière en désarmant complètement son seul agent au prétexte que la commune se trouvait privée de son unique policier lors des formations obligatoires.

Le choix des armes

À Reims, la réflexion s'engage sans précipitation. Depuis le mois de juillet 2015, une première étape est franchie puisque l'unité de nuit est désormais habilitée à utiliser des pistolets à impulsions électriques (tasers) ou à balles de caoutchoucs (flashball).

Des policiers municipaux équipés de tasers - Maxppp
Des policiers municipaux équipés de tasers © Maxppp - Sylvain Muscio

« En juin, à l'issue de l'expérimentation, un bilan sera dressé », explique l'adjoint au maire délégué à la sécurité Xavier Albertini. « Ensuite, la municipalité consultera un comité de sages avant de prendre sa décision », poursuit l'élu qui n'exclut pas la possibilité de s'équiper en armes à feux.

Au sein de la police municipale de Charleville-Mézières, le revolver est devenue une revendication. « Les policiers municipaux ont signé une pétition à l'unanimité pour demander à être armés » , précise le maire LR Boris Ravignon, plutôt favorable à l'idée. La proposition sera discutée au prochain conseil municipal. La seule question qui ne semble pas encore tranchée est la nature des armes à adopter : létales ou non.

Pas d'arme à Sedan

Le voisin sedanais a fait le choix inverse. « Je n'avais pas d'idée arrêtée sur le sujet », expose le maire PS Didier Herbillon. La majorité socialiste a finalement refusé d'équiper les policiers municipaux en armes à feu.

« Le principal argument est le refus de se substituer à la police nationale car la protection des citoyens est un devoir régalien de l'Etat », se justifie Didier Herbillon.

Des conseillers municipaux soulignent que lorsqu'une commune arme sa police municipale, les effectifs de la police nationale sont revus à la baisse. « Ce n'est pas le but recherché », conclue le maire de Sedan.