Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Policiers municipaux armés en Côte-d'Or : "ce n'est pas avoir une arme pour s'en servir à tort et à travers"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Alors que de plus en plus de communes de Côte-d'Or ont le feu vert de la préfecture pour s'équiper d'armes de poing semi automatiques, le secrétaire départemental du syndicat Alliance Police, Cédric Bovrisse rappelle que l'emploi de ses armes est strictement encadré et qu'il peut sauver des vies.

Cédric Bovrisse, le secrétaire départemental du syndicat Alliance Police en Côte-d'Or
Cédric Bovrisse, le secrétaire départemental du syndicat Alliance Police en Côte-d'Or © Radio France - Christophe Tourné

Auxonne, Genlis et maintenant Chenôve, les petites ou moyennes communes de Côte-d'Or sont de plus en plus nombreuses à pouvoir équiper leurs policiers municipaux en armes de catégorie B, autrement dit, en armes de poing semi automatiques. Pour Chenôve, le préfet de Côte-d'Or vient de donner son accord. Bonne ou mauvais chose ? Y a t'il un risque de dérapage ? Est-ce assez dissuasif pour les délinquants ?  Est-ce rassurant pour les policiers ? On fait le point avec le secrétaire départemental du syndicat Alliance Police en Côte-d'Or, Cédric Bovrisse.   

Cédric Bovrisse, le secrétaire départementale du Syndicat Alliance Police en Côte-d'Or

Un outil supplémentaire

Pour Cédric Bovrisse, ces armes sont d'abord un outil avant tout. Leur emploi est strictement encadré dans le cadre de la légitime défense. "Ce n'est pas avoir une arme pour s'en servir à tort et à travers !" explique le représentant du syndicat. Mais il rappelle aussi que cela peut sauver des vies, notamment en cas d'attaque terroriste, pour neutraliser un tireur et protéger les passants. L'usage de l'arme peut aussi se faire quand un véhicule fonce sur un policier.  

Est-ce que ça rassure les citoyens ? 

Avant de porter une arme à feu dans la rue, les policiers suivent une formation de 45 heures et c'est seulement après qu'ils reçoivent ou non l'agrément de la préfecture. Il y a aussi des mises à niveau fréquentes et des séances de tir. Le nombre de policiers qui ont fait usage de leur arme en France reste d'ailleurs anecdotique rappelle Cédric Bovrisse. Mais on constate aussi du côté des délinquants une augmentation de la violence ce qui complique les interventions. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess