Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pompiers volontaires : "On a un peu une double vie"

-
Par , France Bleu Isère
Jarrie, France

Alors que se déroule, à Agen, le congrès national des pompiers, jusqu'à samedi, nous avons rencontré une femme pompier volontaire en Isère. Delphine Sanvoisin, 36 ans, est engagée depuis 19 ans, et elle est toujours aussi passionnée par sa mission.

Delphine Sanvoisin est pompier volontaire à Jarrie.
Delphine Sanvoisin est pompier volontaire à Jarrie. © Radio France - Xavier Demagny

Cette semaine, la caserne d'Agen est la plus peuplée de France. Elle accueille le congrès national des pompiers, l'occasion de discuter des missions, des moyens, du matériel.

Et en Isère, 70 % des interventions sont menées par les sapeurs pompiers volontaires, ils sont environ 4.000 dans le département, le chiffre est plutôt constant. Comme à Jarrie (Isère), où l'adjudant-chef Delphine Sanvoisin est volontaire depuis 19 ans.

Une chef de caserne, avec un "e", ce n'est pas commun. "On est que deux en Isère, l'autre est à Brié-et-Angonnes", explique Delphine. 

"On part pour sauver des vies, pas pour en perdre" 

"Ma sœur était pompier volontaire à Jarrie, elle est partie mais moi je suis restée. On est toujours confronté à l'imprévu et c'est ce qui me plait", explique Delphine. 

INTERVIEW | Delphine Sanvoisin, pompier volontaire à Jarrie

Quand on évoque les deux accidents récents qui ont entraîné la mort de deux femmes pompiers volontaires - à Cerbère ou à Saint-Hyppolyte - Delphine se confie : "On a toujours une pensée, on espère que ça n'arrive pas dans notre caserne. On y pense toujours et on fait tout pour toujours revenir tous ensemble d'une intervention. On est jamais à l'abri d'un accident même si on part pour sauver des vies pas pour en perdre."

Et elle se considère comme n'importe quel pompier : "_On porte le même uniforme que les professionnels et on fait le même métier. Ce n'est pas dur. Pour moi c'est une passion, une envie. Ça fait plaisir de partir en intervention, de savoir qu’on peut être utile. D'autant qu'on a un travail à côté, donc c'est un peu une double vie."

 EN SAVOIR PLUS | Pour s'engager, il faut avoir entre 16 et 45 ans, et une bonne condition physique. Renseignements sur le site pompiers.fr

 A LIRE AUSSI | Bientôt la suppression du 18

Choix de la station

À venir dansDanssecondess