Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pont du 1er mai : "c'est tentant, mais l'école est obligatoire" (FCPE Hérault)

dimanche 29 avril 2018 à 18:54 Par Jules Brelaz, France Bleu Hérault

La Fédération des parents d'élèves de l'Hérault (FCPE 34) reconnaît qu'il est "tentant de garder ses enfants avec soi ce lundi pour le pont du 1er mai".

En cas d'absences répétées et injustifiées de leur enfant à l'école, des parents risquent des amendes et même de la prison dans les cas les plus graves.
En cas d'absences répétées et injustifiées de leur enfant à l'école, des parents risquent des amendes et même de la prison dans les cas les plus graves. © Maxppp -

Montpellier, France

D'après un sondage Opinion Way publié le 24 avril, 49 % des parents ont déjà fait sécher l'école à leurs enfants. Sophie elle fait partie des 51 % restants. Il n'y aura même pas eu de négociation possible entre cette mère et son garçon Pierre, élève de 6eme à Montpellier. "Il me l'a demandé tout à l'heure dans la voiture, 'maman j'irai pas au collège demain', bah si, moi je ne fais pas le pont, donc toi tu iras à l'école !" Sempiternelle question du moi de mai, faut-il laisser les enfants sécher les cours ? 

"C'est effectivement tentant, on est humains à la FCPE", précise Brigitte Lagors, présidente de la Fédération des parents d'élèves de l'Hérault. "On peut le faire une fois, mais il ne faut pas que ça devienne une habitude, on peut juste rappeler que l'école est obligatoire, et puis avec ces petites absences mises bout à bout, on arrive après à des situations où à l'entrée en sixième, l'enfant n'a pas le niveau car au primaire il lui a manqué des heures de cours"

Tout absence doit être justifiée

Même si le mois de mai ressemble à un gruyère avec trois jours fériés tombant en semaine (lundi 1er mai, mardi 8 mai et jeudi 10 de l'Ascension), "il n'est pas possible d'envisager des vacances à la carte", rappelle le ministère de l'Education nationale. "Les vacances prises par les parents en dehors des congés scolaires fixés par le calendrier scolaire national ne constituent pas un motif légitime d'absence". Si les établissements scolaires font souvent preuve de souplesse, les absences répétées et injustifiées peuvent en revanche être sanctionnées par un avertissement aux parents. Le Code de l'éducation prévoit même des sanctions pénales pouvant aller jusqu'à une contravention de quatrième classe et une peine de prison pour les parents d'enfants particulièrement absentéistes