Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pont Simone Veil : Bordeaux Métropole et Fayat trouvent un accord pour reprendre le chantier

vendredi 21 décembre 2018 à 14:06 Par Pascal Pierozzi et Ezequiel Fernandez, France Bleu Gironde

Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole, et Laurent Fayat, président du Groupement d'entreprises Razel-Bec ont signé un accord à l'amiable pour permettre le redémarrage des travaux de réalisation du futur pont Simone Veil. La mise en service de l'ouvrage est prévue début 2023.

Les travaux du pont Simone-Veil vont pouvoir redémarrer
Les travaux du pont Simone-Veil vont pouvoir redémarrer - OMA Rem Koolhas Clément Blanchet

Bordeaux

Le différent entre les deux parties datait de juin 2018. Il portait sur la méthode de construction des piles du pont Simone Veil. Les professionnels de la construction jugeaient insuffisantes les conditions d'exécution. Elles pouvaient mettre en danger la sécurité du chantier. Fayat envisageait des mesures supplémentaires pour un surcoût de 18 millions d'Euros. Le budget initial était de 70 millions d'Euros. Il s'agissait de protéger les batardeaux qui servent à couler les piles sur lesquelles l'ouvrage de 550 mètres de long allait s'appuyer.    

De son côté, le bureau d'études Egis, diligenté par la métropole de Bordeaux, estimait que les protections prévues au départ étaient solides et suffisantes. Alain Juppé annonçait du coup que la réalisation de l'ouvrage allait prendre un retard conséquent. Pour régler ce litige, un expert avait été nommé et la conclusion de cette médiation amiable devant le tribunal administratif entre la collectivité et le groupement constructeur, était attendue au plus tard fin 2018.

Un accord amiable dans l'intérêt général 

Il n'y aura pas finalement de comparution devant les tribunaux. Les deux parties ont choisi de privilégier l'intérêt général. L'accord porte finalement sur une résiliation partielle du contrat actuel. Le surcoût est évalué à 1 million d'euros. 

Le groupement d'entreprises Razel-Bec achèvera la réalisation de l'ensemble des ouvrages de génie-civil sur les rives prévus par le marché.  La filiale Baudin-Châteauneuf  se chargera des travaux de fabrication et de mise en place de la charpente métallique. Ces prestations coûteront à elles seules 39,40 millions d'euros HT, somme initialement fixée au marché. 

Un appel public à la concurrence pour la suite des travaux 

Début 2019, un appel public à la concurrence sera lancé pour les autres ouvrages de génie civil nécessaires à l'achèvement du pont. Le marché devrait être attribué par Bordeaux Métropole en mars 2020. Dans ces conditions, la reprise des travaux aura lieu au printemps 2020 pour une mise en service en 2023 soit avec deux ans et demi de retard. Laurent Fayat n'a pas exclu de se porter candidat à ce nouvel appel d'offres, voulant montrer que le désaccord était finalement dans l'ordre des choses quand on demande d'ajouter des avenants à un contrat.