Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pontmain : les catholiques mayennais ravis du changement de phrase dans Notre-Père

dimanche 3 décembre 2017 à 15:58 Par Fabien Burgaud, France Bleu Mayenne

Plus de 51 ans après la traduction, une phrase de la prière a été officiellement modifiée ce dimanche dans l'Eglise. "Ne nous soumets pas à la tentation" devient "et ne nous laisse pas entrer en tentation". Les fidèles de la basilique de Pontmain sont enchantés !

La vignette distribuée aux fidèles ce dimanche à Pontmain pour la modification officielle de Notre-Père
La vignette distribuée aux fidèles ce dimanche à Pontmain pour la modification officielle de Notre-Père © Radio France - Fabien Burgaud

Pontmain, France

Dans sa soutane blanc d'enfant de chœur, Louise distribue une vignette à chaque catholique. Dessus, le Notre-Père avec en rouge la fameuse phrase modifiée. Une très bonne idée selon elle. "Ce n'est pas Jésus qui nous soumet à la tentation. Vaut mieux qu'il nous laisse pas entrer, c'est mieux", sourit-elle.

"On l'a apprise comme ça, il faut tout changer" Une retraitée.

Une tournure moins ambiguë, saluée par tous. Pendant la messe, le prêtre prend le temps d'expliquer la nuance aux fidèles. "Est-ce que Dieu jouerait un rôle actif dans les tentations multiples qui nous assaillent ? Dans ce cas-là, pourquoi l'appellerait-on Notre Père ?" interroge-t-il. Vient la prière, modifiée.

Un changement rare dans l'histoire de l'Eglise

Après la messe, une grande majorité est convaincue par cette nouvelle tournure, "plus fidèle à l'esprit". "On se le répète un peu tous les jours, ça rentre", rigole un retraité. D'autres sont plus sceptiques. "Ce qui est dur, c'est que depuis notre enfance on l'a apprise comme ça la prière. Là il faut tout changer", se lamente une sexagénaire. "Moi j'aurai préféré, ne nous laisse pas succomber à la tentation", tente une autre.

Reportage à Pontmain dimanche matin, parmi les fidèles mayennais

Un changement rare dans l'Eglise, la traduction date de 1966. Mais se remettre en question est une très bonne chose pour le père Renaud, prêtre à Pontmain. "On n'aime pas trop changer les choses, il y a le poids de la tradition. Mais là, il y avait beaucoup trop d’ambiguïté. C'était gênant pour certains fidèles. On est obligés d'expliquer avec beaucoup de mots quelque chose qui est simple", analyse-t-il. D'autres changements à venir ? Pas dans l'immédiat, confie le prêtre, après cet office, forcément un peu spécial.

"Pas d'autres changements de prière à venir", selon le prêtre Renaud de Pontmain