Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

PORTRAIT - Clément, le doyen des gilets jaunes de Loudun

samedi 8 décembre 2018 à 4:31 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

Toute cette semaine, France Bleu Poitou fait le portrait de gilets jaunes de la Vienne et des Deux-Sèvres. Ils ont décidé de montrer leur colère contre le gouvernement et ils s'expriment à notre micro.

Clément, le doyen des gilets jaunes de Loudun
Clément, le doyen des gilets jaunes de Loudun © Radio France - Baudouin Calenge

Loudun, France

Il a bientôt 86 ans. Clément est un ancien ouvrier maçon. Il a travaillé 42 ans chez les autres et depuis qu'il est en retraite : "je touche 1000 euros par mois, depuis 25 ans. C'est toujours le même prix. La vie augmente, _ça nous tire, ça nous tire"_. Avec sa voix rocailleuse, Clément loue le ciel d'avoir une maison à lui car payer un loyer aurait été impossible. Alors pour lui comme pour les autres, le geste du chef de l'état d'abandonner la hausse de la taxe sur les carburants prévues le premier janvier ne suffit pas.

Fidèle au poste

A son arrivée sur le rond point, les autres gilets jaunes l'accueillent avec le sourire. "Il vient tous les jours", glisse Dominique avant d'ajouter. "C'est un peu notre mascotte". 

Clément lui n'a jamais manifesté de sa vie mais aujourd'hui il trouve normal de venir, par solidarité. Pas pour lui, mais pour ses enfants, ses petits enfants. Car, glisse-t-il "y en a pire que nous autres, ceux qui gagnent 7 ou 800 euros par mois".