Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PORTRAIT - Avec le confinement, le gérant du Café Moustache à Châteauroux a changé de métier

-
Par , France Bleu Berry

Selon une enquête de l'Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie du Berry réalisée en avril 2021, 32,90% des gérants de bars et restaurants berrichons comptent au moins un salarié qui a démissionné pendant la période de fermeture. Portrait d'un gérant qui laisse son bar pour l'immobilier.

A Châteauroux, Anthony Bertrand a décidé pendant le dernier confinement de vendre son café Moustache, situé place de la République.
A Châteauroux, Anthony Bertrand a décidé pendant le dernier confinement de vendre son café Moustache, situé place de la République. © Radio France - Solène de Larquier

Les chaises empilées, les tables lustrées, le store prêt à être déroulé : dans un peu plus d'une semaine, les terrasses rouvriront le 19 mai, pour la phase 2 du déconfinement. Patrons et salariés de la restauration se préparent... enfin pas tous : selon une enquête de l'UMIH du Berry (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) réalisée mi-avril, un tiers des gérants de bars et restaurants berrichons comptent au moins un salarié qui a démissionné pendant la période de fermeture. Parfois, des gérants eux-mêmes ont quitté le métier. C'est le cas à Châteauroux d'Anthony Bertrand. Il a décidé pendant le dernier confinement de vendre son café Moustache, établissement emblématique de la place de la République.

Quatre ans après avoir ouvert le café Moustache, une envie d'ailleurs trottait dans la tête du gérant. "Je pensais à la décoration, à l'immobilier depuis quelques mois. Et cette période de premier confinement m'a ouvert les yeux sur une vie plus saine. Éviter de travailler le soir, le week-end. J'ai eu 34 ans et j'ai envie de concevoir une vie de famille aussi. C'est vrai qu'en ayant un établissement de nuit, c'est un peu compliqué d'allier tout ça." D'autant que l'entrepreneuriat pèse aussi sur son moral : "Quand on se lève le matin, on sait qu'on a la responsabilité des salariés, les charges..." reconnaît l'ancien gérant. 

ECOUTEZ - De la restauration à l'immobilier, on a suivi Anthony Bertrand dans son nouveau métier.

Son secteur est à l'arrêt pendant le troisième confinement, mais ce n'est pas le cas de tous les corps de métier. Le Castelroussin décide donc d'aller toquer à la porte de l'agence Citya, située à 20 mètres à peine de son café, sur la place de la République. Il demande un stage à au directeur. "Anthony est venu me dire qu'il aimerait découvrir nos métiers. On le connaissait via son établissement, il a un très bon contact, donc on a établi un stage d'un mois avec Pôle emploi" sourit Patrice Meunier. 

C'est un commerçant qui était sur la place de Châteauroux. Je crois qu'il connaît à peu près un client sur cinq qui arrive. Il gagne du temps dans la découverte client et le côté sympathique aussi.

Le contact passe effectivement très bien : il n'a fallu que deux semaines au directeur de l'agence pour proposer un CDI à Anthony Bertrand. "Il a tout de suite ce petit lien de convivialité qui s'installe. Anthony a su faire preuve de beaucoup d'audace dès le début, et de beaucoup d'implication, ce qui n'est pas toujours le cas des stagiaires" détaille le directeur de l'agence immobilière castelroussine. Aujourd'hui le trentenaire s'occupe des transactions, ventes et recherches de biens. "Il y a le côté relationnel du café, on côtoie beaucoup de monde et là, on retrouve cet esprit-là. C'est vraiment sympa" s'enthousiasme Anthony Bertrand. 

Un réseau bien utile pour ses missions immobilières reconnaît son nouveau patron : "C'est un commerçant qui était sur la place de Châteauroux. Je crois qu'il connaît à peu près un client sur cinq qui arrive. Il gagne du temps dans la découverte client et le côté sympathique aussi." Un pari double pour Patrice Meunier en cette période où la pierre attire : un autre agent immobilier a été embauché en même temps qu'Anthony. Lui travaillait dans le bâtiment et a aussi profité du dernier confinement pour se reconvertir. 

Anthony Bertrand (à g.) à côté de son nouveau patron, Patricre Meunier, gérant de l'agence immobilière Cytia à Châteauroux.
Anthony Bertrand (à g.) à côté de son nouveau patron, Patricre Meunier, gérant de l'agence immobilière Cytia à Châteauroux. © Radio France - Solène de Larquier

Le café Moustache perdurera

Quitter le café Moustache n'a pas été une décision facile pour Anthony Bertrand : "C'était ma première affaire, et son nom est un clin d'oeil à mon grand-père, qu'on appelait Moustache et qui tenait un café, et puis mes parents sont dans le métier aussi" reconnaît le Castelroussin. Mais il a réussi à trouver un acheteur, qui s'est engagé à rouvrir le café Moustache tel quel, en gardant les mêmes horaires et surtout le nom. Le compromis de vente a été signé il y a quelques semaines au grand soulagement d'Anthony : "Je suis content que ça continue, j'espère qu'il en gardera l'esprit."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess