Société

Portrait : Le rêve paralympique de Lou Braz-Dagand

Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie mercredi 23 septembre 2015 à 9:06

Chez lui à Cusy, Lou Braz-Dagand rêve de JO.
Chez lui à Cusy, Lou Braz-Dagand rêve de JO.

Lou Braz-Dagand est atteint depuis deux ans de la maladie de Lyme. Obligé de se déplacer en fauteuil, le jeune homme de 20 ans qui vit à Cusy a retrouvé le sourire grâce au sport. Athlétisme, fauteuil tout terrain, ski… il s’est fixé un objectif : participer en 2018 aux Jeux paralympiques.

La vie de Lou Braz-Dagand c’est d’abord celle d’un combat. Un combat contre la maladie de Lyme qui l’a frappé sans prévenir en 2014. " En deux jours j’ai perdu la parole, la vision, l’usage des mes bras et de mes jambes." Grâce aux traitements, aujourd’hui le jeune homme va mieux. " Il ne reste plus les jambes" dit-il dans un sourire. Car pas question de s’apitoyer, ce n’est pas le genre de ce grand blond. _"Ce n’est pas parce qu’on est à mobilité réduite que la vie s’arrête" _explique celui reconnaît que le sport l’a sauvé.

"Je me suis lancé à fond dans le handisport parce que je ne devrais plus être de ce monde "(Lou Braz-Dagand)

Le rêve olympique de Lou Braz-Dagand. Portrait (Richard Vivion)

Athlétisme, fauteuil tout terrain et ski, aujourd’hui Lou Braz-Dagand Cusy est devenu un touche à tout. Depuis l’hiver dernier et un premier tour en fauteuil à ski, il s’est même fixé un nouvel objectif. "Je veux participer en 2018 aux jeux paralympiques."

L'hiver dernier, Lou Braz-Dagand a effectué ses premières descentes.  - Aucun(e)
L'hiver dernier, Lou Braz-Dagand a effectué ses premières descentes.

Mais pour réaliser son rêve, il va devoir investir dans un fauteuil spécial. "Un fauteuil handiski c’est très onéreux. Cela vaut dans les 8.000 euros." Alors pour financer son rêve, Lou Braz-Dagand a monté une association pour "récupérer des dons" et va également lancer une campagne de financement participatif sur internet.

La page Facebook de Lou Braz-Dagand en cliquant ICI.

(Crédits photos: L'Essor et Lou Braz-Dagand)