Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Postes supprimés au Conforama de Perpignan : "C'est un coup de massue"

-
Par , France Bleu Roussillon

Réunis jeudi 11 juillet devant le Conforama de Perpignan, pour soutenir leurs collègues menacés de licenciements, les salariés ont finalement appris que leur magasin serait concerné par cinq suppressions de postes.

Les salariés réunis devant le Conforama de Perpignan
Les salariés réunis devant le Conforama de Perpignan © Radio France - Luc Chemla

Perpignan, France

Ils étaient une vingtaine jeudi 11 juillet au matin, rassemblés devant l'entrée du Conforama de Perpignan. L'objectif, soutenir leurs collègues présents à Paris pour le Comité Central d'entreprise, soutenir ceux dont les postes, partout en France, vont être supprimés, mais aussi montrer à la direction leur colère. "Nous voulons manifester notre mécontentement par rapport à la façon dont ont a été traité. Depuis des mois la direction nous dit qu'il n'y a pas de problème, que rien ne va bouger puis d'un seul coup on nous annonce ce plan social" explique amèrement Anne, chef de caisse. 

"On est condamné à long terme".

Même s'ils sont méfiants, les salariés ne se doutent pas encore de la nouvelle qu'ils vont apprendre. Une des manifestantes, alors au téléphone avec une syndicaliste présente à Paris au CCE, répand vite la nouvelle : 5 postes seront supprimés au Conforama de Perpignan. "Une chef de caisse, deux responsables SAV et deux magasiniers." dit-elle. Un sacré coup sur la tête pour les salariés, alors qu'ils n'étaient au départ pas concernés par le plan social. "C'est un coup de massue, je suis dégouté. On n'est que 44 dans le magasin donc 5 personnes c'est énorme" déclare, dépité, Jean-Claude Couget, délégué syndical CGT et dans l'entreprise depuis 35 ans. 

Au même moment, c'est l'inquiétude chez les manifestants et une question : qui sera concerné par les suppressions de postes ? Un des vendeurs s'attend au pire. "Je le serai à long terme, c'est certain. Il faudrait être naïf pour ne pas le penser.  Je pense que l'on est condamné à long terme." 

Une réunion entre syndicats et la direction du Conforama de Perpignan est prévue ce samedi.