Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Poubelle la vie" : le défi de deux tourangeaux pour réduire leurs déchets

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Chaque français génère en moyenne un kilo d'ordures par jour. Pour faire prendre conscience de ce phénomène, deux tourangeaux se lancent un défi : pendant tout le mois de mai, ils portent sur eux les ordures qu'ils génèrent. Davy consomme normalement alors que Baptiste vise le zéro déchet.

Jusqu'au 30 mai, les deux tourangeaux portent chacun sur eux les déchets qu'ils génèrent
Jusqu'au 30 mai, les deux tourangeaux portent chacun sur eux les déchets qu'ils génèrent © Radio France - © Boris Compain

Indre-et-Loire, France

Deux tourangeaux se lancent un défi original : ils ont appelé ça "poubelle la vie" : Depuis le 1er mai et pendant 30 jours, Davy Cosson porte sur lui, plusieurs heures par jour, tous les déchets qu'il génère, alors que son ami Baptiste Dubanchet, lui, tente de vivre sans occasionner aucune ordure. Le but de cette opération est bien sûr de faire prendre conscience du volume de poubelle que chaque français génère : en moyenne, un kilo par personne et par jour.

Trois à cinq heures par jour, Davy porte un bleu de travail sur lequel d'énormes poches transparentes ont été cousues : dès le premier soir, on y trouvait une barquette de fraise, une bouteille en plastique, des bouts de carton : "Dès le premier matin, la cartouche de mon imprimante m'a lâché. Ca fait déjà un carton à jeter. Ensuite, j'ai acheté une barquette de fraises et une bouteille d'eau. 

Ce qui m'étonne le plus, pour l'instant, ce n'est pas le poids, c'est le volume des déchets". Davy Cosson

Dès le premier jour, le volume de déchets générés par Davy était conséquent. Quand les poches seront pleines, il portera aussi un grand sac à dos - Radio France
Dès le premier jour, le volume de déchets générés par Davy était conséquent. Quand les poches seront pleines, il portera aussi un grand sac à dos © Radio France - ©Boris Compain

Pourtant, Davy estime son défi plus facile à relever que celui de Baptiste, au moins les premiers jours : "Juste avant votre arrivée, on se disait qu'on allait faire une soirée croque-monsieur. Pour moi, c'est facile, je peux les acheter tout faits, mais Baptiste doit les trouver version zéro-déchet...bref on n'est pas prêts de manger des croque-monsieur. Mais dans une quinzaine de jours, je rigolerai moins". Quand le volume de déchets sera trop important, Davy portera aussi un gros sac à dos. Pour une raison d'hygiène, les ordures végétales ne sont pas stockées mais remplacées par des morceaux de bois du même poids.

Baptiste a déjà sa stratégie zéro déchet : acheter des fruits sans emballage, boire de l'eau en carafe, s'offrir des vêtements d'occasion, fabriquer ses produits d'hygiène et cuisiner lui-même : "Evidemment que Davy peut acheter un plat tout fait, le réchauffer au micro-onde et le manger deux minutes plus tard. Mais dans le temps, les gens passaient du temps à préparer leur repas, et ça n'était pas un drame. Je peux aussi préparer moi-même mes produits d'hygiène. Savoir ce qu'on se met sur et dans le corps, c'est quand même mieux".   

Les deux amis en sont certains : à la fin du défi, le 30 mai, Davy croulera sous une trentaine de kilos de déchets, alors que Baptiste n'aura peut-être généré que quelques grammes d'ordures : "Je peux très bien crever une roue de vélo, par exemple. Dans ce cas-là, je garderais le papier des rustines. _Mes déchets, je les mets dans les poches de mon pantalon_. Si ce n'est pas suffisant, je m'installerais une poche extérieure, comme Davy, mais je sais qu'elle sera 1000 fois moins grosse que les siennes"

Pour marquer la fin de ce défi, le 30 mai, les deux tourangeaux envisagent d'aller monter un monument emblématique de Paris en portant chacun les déchets qu'ils auront générés. Peut-être la tour Eiffel ou la colline de Montmartre.

Choix de la station

France Bleu