Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mort de Raymond Poulidor

Poulidor : les Bretons se souviennent du champion

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

"Poupou" s'en est allé à l'âge de 83 ans ce mercredi 13 novembre. Un champion populaire, à qui les déboires dans le Tour de France auront valu le surnom "d’Éternel Second", malgré ses nombreuses victoires ailleurs. Le monde du cyclisme breton se souvient de Raymond Poulidor.

Raymond Poulidor, ancien coureur cycliste français et ambassadeur du maillot jaune sur le Tour de France 2019, invité des informés de franceinfo, Pau (Pyrénées-Atlantiques), 19 juillet 2019.
Raymond Poulidor, ancien coureur cycliste français et ambassadeur du maillot jaune sur le Tour de France 2019, invité des informés de franceinfo, Pau (Pyrénées-Atlantiques), 19 juillet 2019. © Radio France - Fabrice Rigobert

La Bretagne est une terre de cyclisme a-t-on coutume de dire. Raymond Poulidor avait d'ailleurs remporté lors du tour de France 1965 le contre-la-montre entre Saint-Brieuc et Châteaulin.  Si Raymond Poulidor venait du Limousin, de nombreux acteurs du monde du cyclisme breton rendent hommage au champion.

Un coureur courageux, qui s'est battu. - Bernard Hinault

Malgré leurs 18 années d'écart, Raymond Poulidor et Bernard Hinault on couru l'un contre l'autre lors des Tours de France 75, 76 et 77. Des confrontations rendues possibles par la longévité de "Poupou", qui a couru jusqu'à 40 ans passés. "C'était un concurrent en face de nous, donc on ne se fait pas de cadeau, mais il y avait quand même de l'admiration les uns pour les autres !" se souvient Bernard Hinault. Sur cette image d'éternel second, Bernard Hinault rappelle que Poulidor "est quand même tombé en face d'Anquetil et Merckx, mais quand ils étaient pas là sur les autres courses, c'est lui qui gagnait !" Pour le breton quintuple vainqueur du Tour de France, la popularité de Raymond Poulidor s'explique par sa rivalité avec Jacques Anquetil : "La beauté de leurs affrontements a fait qu'il est devenu populaire" ajoute-t-il.

Bernard Hinault à propos de Raymond Poulidor

Emmanuel Hubert, directeur sportif de l'équipe cycliste Arkéa-Samsic

Le directeur sportif de l'équipe bretonne Arkéa-Samsic a souvent croisé Raaymond Poulidor, au gré des podiums des différentes courses cyclistes françaises : "Moi j'adorais presque me blottir à côté de lui pour parler du cyclisme d'antan, que j'adore. On dit toujours 'l'éternel second' mais l'autre fois je crois qu'il m'a dit qu'il avait gagné près de 190 courses ! C'est un très gros palmarès."

Il fait partie du patrimoine français, on peut le comparer à un monument. - Emmanuel Hubert

L'ancien coureur pense même que le nom de Raymond Poulidor a traversé les générations : "Aujourd'hui on interroge les jeunots de cinq à quinze ans, leurs parents ont toujours dit quand ils voient un cycliste : Allez Poupou !" Emmanuel Hubert décrit Raymond Poulidor comme quelqu'un "d'accessible", "auquel tous les français pouvaient s'identifier."

Emmanuel Hubert rend hommage à raymond Poulidor

Georges Groussard, porteur du maillot jaune en 1964

En 1964, Georges Groussard a porté le maillot jaune pendant dix jours. Un Tour où Raymond Poulidor terminera... deuxième derrière Jacques Anquetil. Comme trop souvent. "Il a du m'en vouloir parce que si j'avais pas été là, cette année-là il aurait vraiment pu le porter !" sourit le fougerais Georges Groussard, qui rappelle que "Poupou" n'a jamais revêtu la tunique jaune au cours de sa carrière. Mais ce dont Georges Groussard se souvient le mieux, c'est ce besoin d'être aimé de Raymond Poulidor. 

Avec le public, pour ainsi dire, il n'a jamais débranché le dérailleur ! - Georges Groussard, porteur du maillot jaune en 1964

Le fougerais croit d'ailleurs que ce besoin d'entretenir sa popularité était devenu dangereux pour la santé de "l'éternel second", qui se rendait encore sur le Tour tous les ans : "Moi je l'avais un peu critiqué ces dernières années, parce que je crois que ce n'était plus trop sa place. C'est fatiguant de suivre le Tour comme ça tous les jours, il faut prendre la voiture entre les étapes, on rentre tard à l'hôtel. Je pense qu'à 83 ans il aurait du arrêter et plus penser à sa santé." Georges Groussard se souvient quand même d'un homme "bon vivant et blagueur", qu'il avait hébergé deux jours lors du passage du Tour à Fougères en 2016. 

Georges Groussard se remémore Raymond Poulidor

Arsène David, organisateur du Critérium des Champions d'hier à Pipriac

A Pipriac, on connaît bien Raymond Poulidor, qui a inauguré une piste de vélo à son nom en 2010. Il est remonté en selle l'an dernier lors du 11e Critérium des Champions qui se déroule dans la ville brétilienne. Arsène David, l'organisateur du Critérium, se souvient avec émotion du passage de Poupou à Pipriac.

Il était venu dans la maison de retraite de Pipriac en 2010, les gens s'étaient mis à pleurer ! - Arsène David

L'organisateur du Critérium des Champions d'hier voit Poupou comme "quelqu'un qui a marqué son époque". "C'est rare de voir quelqu'un avec un nom comme ça, qui parle aussi aux petits enfants." ajoute Arsène David.

Les souvenirs d'Arsène David avec Raymond Poulidor

Ronan Pensec, ex-porteur du maillot jaune

Ronan Pensec, coureur finistérien, n'a jamais affronté Raymond Poulidor en compétition, mais il l'a en revanche bien connu après la fin de sa carrière : les deux hommes ont travaillé sur le Tour de France en même temps, le premier comme consultant pour France Télévisions, le second pour le compte de partenaires officiels du Tour. 

"C'est une immense figure, pas seulement cycliste, mais populaire auprès de tous les français, estime-t-il. Il était très abordable, simple, cordial avec tout le monde. Il aimait les gens"

Les jeunes champions cyclistes le regardent comme un papa ou un grand-père ! 

Ronan Pensec se souvient d'un homme "abordable et qui aimait les gens"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu