Société

Pour ces Landaises, le travail s'arrête à 16h34 ce lundi 7 novembre

Par Théo Hetsch, France Bleu Gascogne et France Bleu lundi 7 novembre 2016 à 6:00

Au centre d'information sur les droits des femmes de Mont-de-Marsan, certaines salariées vont cesser le travail pour lutter contre les inégalités salariales.
Au centre d'information sur les droits des femmes de Mont-de-Marsan, certaines salariées vont cesser le travail pour lutter contre les inégalités salariales. © Radio France - Théo Hetsch

Ce lundi 7 novembre à 16h34, les femmes sont appelées à cesser le travail. En tenant compte des inégalités de salaires par rapport aux hommes, les femmes travaillent bénévolement à partir de ce moment-là et jusqu'à la fin de l'année. Pour marquer le coup, trois Landaises jouent le jeu.

A 16h34 ce lundi 7 novembre, les bureaux du centre d'information sur les droits des femmes risque d'être bien vides à Mont-de-marsan. Plusieurs salariées vont suivre l'appel du collectif Les Glorieuses à cesser le travail. Selon ses calculs, à partir de 16h34 ce jour-là et jusqu'à la fin de l'année, les femmes travaillent bénévolement par rapport aux hommes. Sur Facebook vendredi, plus de 3 200 personnes promettaient déjà de participer.

En France, selon l'Observatoire des inégalités, les hommes gagnent 23% de plus que leurs collègues femmes. Et dans 11% des cas, cela relève de la pure discrimination. C'est pour faire prendre conscience de cette situation que le collectif Les Glorieuses appelle les femmes à cesser le travail ce lundi. Mais toutes ne vont pas suivre cet appel. Question de génération, notamment. Martine Tapin, la directrice, est âgée de 55 ans et elle est catégorique "ma journée de travail s'arrêtera à 16h34, c'est sûr", assure-t-elle, "il faut revendiquer et exprimer notre ras-le-bol, cette situation est insupportable". A côté, Christelle Guinamant, chargée d'accueil de 31 ans, est plus mesurée: "personnellement je ne vais pas arrêter le travail", explique-t-elle, "j'y penserai, mais je vais rester pour les usagers et pour assurer notre mission".

"Le salaire reste un sujet tabou"

Christelle se contentera de relayer l'appel sur les réseaux sociaux. Car elles s'accordent au moins sur un point : la nécessite d'en parler. Selon le Forum économique mondial, l'égalité salariale ne sera pas atteinte avant l'an 2186 en France. Une situation insupportable pour Martine Tapin: "le salaire reste un sujet tabou", déplore-t-elle, "ce type d'action permet de faire réagir les hommes car beaucoup ne savent pas que leurs collègues gagnent moins".

Au Centre d'information sur les droits des femmes de Mont-de-Marsan, plusieurs femmes vont cesser le travail pour lutter contre les inégalités salariales. - Radio France
Au Centre d'information sur les droits des femmes de Mont-de-Marsan, plusieurs femmes vont cesser le travail pour lutter contre les inégalités salariales. © Radio France - Théo Hetsch

Alors les femmes tentent d'en parler autour d'eux, de mobiliser leurs proches. Véronique Doussang est assistante de direction au Centre d'information des droits des femmes. Et parmi ses amis, les inégalités de salaires sont flagrantes.

"C'est un couple d'amis qui travaillent tous deux à l'imprimerie, à diplôme égal, mais l'épouse gagne moins"

Elles sont d'accord aussi sur le fait que cette action ne suffit pas et qu'il faut remuer les politiques. Actuellement, la France est en 15ème position en termes d'égalité homme femme selon le forum économique mondial.