Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Violences à la fac de droit de Montpellier

Pour dénoncer la réouverture de la fac de droit de Montpellier, ils installent une fausse scène de crime

mercredi 4 avril 2018 à 19:18 Par Elena Louazon, France Bleu Hérault

Des étudiants opposés à la réouverture de la faculté de droit et de science politique ont installé une fausse scène de crime devant les locaux de l'université de Montpellier. Ils s'opposent à la réouverture, alors que l'enquête de police est toujours en cours.

Une fausse scène de crime a été installée devant la faculté de droit
Une fausse scène de crime a été installée devant la faculté de droit © Radio France - Page Rendez Nous Nos Droits

Montpellier, France

Malgré la réouverture de la faculté de droit et de science politique mardi, la tension n'est pas encore totalement retombée. Les étudiants qui se sont mobilisés contre la réouverture dénoncent les menaces dont ils ont été victimes, notamment sur les réseaux sociaux. "On a encore le sentiment d'être en danger", s'inquiète une étudiante, membre du Comité de mobilisation de la Faculté de droit et de science politique. "C'est à nous de nous cacher", complète son ami. 

Un mur de la honte

Pour dénoncer les insultes et les pressions, le comité a décidé d'installer un mur de la honte, où sont affichés les messages reçus par Facebook et Twitter, devant l'entrée de l'université mercredi matin. Une fausse scène de crime a également été mise en place, "pour se rappeler ce qu'il s'est passé dans ces locaux", détaille une étudiante membre du comité.

Le comité de mobilisation s'oppose à la réouverture de l'université tant que toutes les personnes qui ont participé aux violences dans la nuit du 22 au 23 mars n'ont pas été identifiées.