Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pour dire non aux pesticides, ils se donnent rendez-vous avec des coquelicots

vendredi 2 novembre 2018 à 20:34 Par Nina Valette, France Bleu Limousin

Ils étaient une quarantaine de manifestants ce vendredi soir devant la mairie de Limoges (Haute-Vienne) à l’appel de l’association Coquelicot.Un appel national pour protester contre l’usage de pesticides en France. Des produits qui « détruisent tout ce qui est vivant » répètent les bénévoles.

Le coquelicot, symbole de la lutte contre les pesticides
Le coquelicot, symbole de la lutte contre les pesticides © Radio France - Nina Valette

Limoges, France

C’est désormais une tradition. Tous les premiers vendredis du mois, celles et ceux qui veulent protester contre l’usage des pesticides en France ont rendez-vous dans toutes les villes.  A Limoges (Haute-Vienne), le rendez-vous est donné pour le moment place de la mairie. Mais la coordinatrice locale de l’association "Nous voulons des coquelicots", a l’initiative du mouvement souhaite changer le lieu. «Il y a très peu de passage devant la mairie. Il va donc falloir songer à un nouveau lieu » lance Armel Perrier.

La fin des hérissons 

Dans la foule, des parents, des grands-parents et des enfants aussi. Hubert à la soixantaine, il regrette que les plus jeunes ne puissent pas profiter de la même nature que lui. « Quand j’étais petit, après une pluie d’été, je pouvais voir des escargots et des limaces, maintenant c’est terminé. Parce qu’on balance des produits chimiques, et les mollusques meurent. » explique le défenseur de la nature avant d’ajouter « quand la limace ne meurt pas, elle est avalée par un hérisson, qui est donc contaminé à son tour.  Et aujourd’hui c’est une _espèce en voie de raréfaction_. On ne sait pas s'il y aura encore des hérissons dans 30 ans. » s’inquiète le limougeaud.  

Les rassemblements vont donc continuer. L'association a également lancé une pétition sur son site.