Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Pour être clair, c'est débile" : au Ban-Saint-Martin, le judo club face à un protocole sanitaire ubuesque

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Le judo club du Ban-Saint-Martin a repris les entraînements pour l'été, avec le protocole sanitaire imposé par le ministère des Sports. Pour un sport de combat, les règles sont pour le moins étranges. Mais l'important pour le club est de pouvoir rouvrir, et garder ses licenciés.

Yves Beaudouing, entraîneur de judo au club, devant les vestiaires fermés du dojo.
Yves Beaudouing, entraîneur de judo au club, devant les vestiaires fermés du dojo. © Radio France - Marc Bertrand

Le président du Judo Club montre du doigt les flèches dessinées au gros scotch tout autour du tatami, et le rubalise qui ferme l'accès au bancs et aux portes-manteau dans les vestiaires. Bernard Beaudoing applique à la lettre le protocole sanitaire fourni par le ministère des Sports. Le masque est obligatoire partout dans le dojo... sauf sur le tatami : "Dès que vous êtes sur le tapis, le port du masque n'est plus obligatoire. Et là, c'est contact à outrance, forcément. Le contact est très fort chez les judokas". 

Masque partout... sauf dans le corps à corps sur le tatami

"Et dès que vous avez fini l'entraînement, vous remettez votre masque, et vous rentrez chez vous en kimono parce que les vestiaires et les douches sont interdits aussi", continue Bernard Beaudouing. Pas de douche, pas de vestiaire. En revanche, du corps à corps sans masque pendant les deux heures d'entraînement.

Pour être clair : c'est débile ! Ou on nous interdit tout, et on ne fait rien, ou on fait tout

Face à ces règles ubuesques, beaucoup de petits clubs ont décidé de ne pas reprendre l'entraînement. Au Ban Saint Martin, l'un des gros clubs de Moselle qui forme des athlètes promis au club France, on l'a fait quand même. Parce que les compétitions, repoussées depuis le mois de mars, vont reprendre dès le mois d'octobre. 

"Si on ne reprend pas, on va se faire découper en compétition"

Pour l'entraîneur du club Yves Beaudouing, il fallait absolument reprendre : "On a fait des exercices virtuels pendant des mois, avec des prises dans le vide, un peu comme une chorégraphie. Mais peut-être qu'ici ça ne s'entraîne pas, à part nous, mais les gros clubs parisiens, eux, ils ont repris l'entraînement dès que ça a été autorisé", explique-t-il. "Si on ne reprend pas nous aussi, on va se faire découper au mois d'octobre"

Au-delà des compétitions, l'enjeu pour les clubs, ce sont les réinscriptions à la rentrée, pour les pratiquants de judo loisir. Sans pratique pendant six mois, le club avait peur que les plus petits abandonnent le judo. Et de se retrouver avec une baisse énorme du nombre de licenciés à la rentrée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess