Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour les lycéens de la région, un Salon de l'étudiant... virtuel

Le salon de l'Etudiant d'Auvergne-Rhône-Alpes démarre ce jeudi. Cette année, il y en a un seul pour toute la région Auvergne-Rhône-Alpes et il sera en ligne. Pendant un mois, les lycéens peuvent discuter avec les établissements supérieurs.

Le salon virtuel de l'Etudiant débute ce jeudi en Auvergne-Rhône-Alpes
Le salon virtuel de l'Etudiant débute ce jeudi en Auvergne-Rhône-Alpes

Choisir ce qu'on va faire après le bac... C'est encore plus compliqué cette année. Il n'y aura de salon de l'Etudiant, répartis dans les différentes villes de la région. Le salon du magazine de l'Etudiant a lieu en ligne, derrière son ordinateur,  jusqu'au 14 février

C'est un peu comme si on se baladait dans un jeu vidéo. On passe dans des halls numériques. En tout, 400 stands sont présents sur le salon régional. D'habitude, c'est sur trois jours, mais cette année, grâce au virtuel, le salon dure 1 mois. "Ça permet de varier ses recherches. _On va peut-être s'intéresser à des filières auxquelles on aurait pas forcément penser sur un salon en présentiel_.  Et puis ça permet aussi que tout le monde puisse se connecter, sur un temps plus vaste", explique Charline Trontin, la responsable de la zone Pays de Savoie du salon. 

Des halls numériques ont été créées pour ce salon de l'Etudiant 2.0
Des halls numériques ont été créées pour ce salon de l'Etudiant 2.0

"C'est une alternative où tout le monde s'y retrouve, même si on a hâte de refaire des salons en présentiel", détaille la représentante de l’Étudiant. Évidemment, car rien ne remplace le contact humain... C'est d'ailleurs ce qui dérange Olivia, élève en Terminale à Chambéry : "Être tout le temps devant son ordinateur pour tout et n'importe quoi ça devient un peu lassant." Alors même si elle hésite encore à s'orienter vers une classe préparatoire en art, elle ne participera pas à un salon virtuel. La lycéenne tente d'avoir rendez-vous avec le conseiller d'orientation de son établissement, mais "C'est compliqué. Je suis là une semaine sur deux, on voit moins souvent nos profs... Et surtout on est très speed niveau programme parce qu'il y a le bac qui arrive..."

"C'est compliqué de se projeter"

Il n'y a pas qu'Olivia qui est perdue. Félix est aussi en Terminale. Il a prévu de se balader dans le salon virtuel, pour trouver des réponses à ses questions. "On est un peu perdu... On n"est pas tout le temps au lycée, _on doit prendre plusieurs choses en compte avec le confinement, la Covid._.. Je voudrais partir à l'étranger l'année prochaine, mais il y a plein d'incertitudes... Ça semble compliqué." 

Salomé de son côté, est représentante du syndicat l'Union National des Lycéens en Haute-Savoie. La lycéenne confirme qu'être bachelier en 2021, c'est difficile : "on est un peu oublié... _On a l'impression d'être des cobayes_. C'est assez compliqué de s'informer et surtout de se projeter." Et pourtant l'heure des premiers vœux approche pour les lycéens : Parcoursup ouvre le 20 janvier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess