Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour ne plus "laisser gagner la maladie" Véronika se lance le défi d'enchainer huit raids multisports

-
Par , France Bleu La Rochelle

Une châtelaillonnaise de 42 ans sera samedi au départ de la première étape de L'EDF ADN Tour handisport. Véronika Tornade souffre pourtant d'algoneurodystrophie et n'a débuté l'entrainement qu'au mois de mars. Mais elle ne veut plus laisser la maladie l'emporter.

Véronique se déplace et fait du sport grace à son tricycle orthopédique
Véronique se déplace et fait du sport grace à son tricycle orthopédique © Radio France - Marie-Laurence Dalle

Assise sur une machine de musculation, Véronique soulève un poids, avec ses jambes malgré son handicap. Elle souffre pourtant d'algoneurodystrophie, un syndrome douloureux apparu il y a quatre ans lors d'une fracture de cheville qui s'accompagne d'un raidissement progressif. Véronique Prouteau a perdu l'usage de sa cheville droite : elle s'est d'abord déplacée en fauteuil roulant, puis maintenant sur un tricycle orthopédique, un kneescoot sur lequel elle pose son genou. La jeune femme a passé trois ans sans bouger, le plus souvent couchée sur son lit, mais c'est fini ! Aujourd'hui à 42 ans elle se lance dans une série de 8 raids multisports et sera au départ ce samedi du Raid handi valide des Deux-Sêvres, avec ses deux entraineurs, à Sansais-la-Garette. 

Je ne veux plus montrer à mes enfants cette image de quelqu'un de passif qui laisse gagner la maladie. Aujourd'hui c'est moi qui doit gagner - Véronique Prouteau dite Véronika Tornade sur les réseaux sociaux.

Le déclic s'est fait il y a un an, lors de l'anniversaire de son accident. "Je ne supportais pas de me voir dans un miroir, il fallait que je perde du poids, il fallait que je retrouve mes muscles, je ne pouvais plus supporter cette image là, ce n'était pas moi !" raconte Véronique. Une salle de sport ouvrait à coté de chez elle, elle y est entrée. 

Véronique travaille sa musculature avec Cyntia Hartock l'un de ses deux entraineurs
Véronique travaille sa musculature avec Cyntia Hartock l'un de ses deux entraineurs © Radio France - Marie-Laurence Dalle

Mais ce n'est qu'en en mars dernier qu'elle a vraiment commencé l'entrainement. Il fallait trouver une salle et une équipe qui accepte son handicap et adapte les exercices pour lui permettre de se muscler. C'est ce qui s'est passé avec Dominique Cortiula, responsable de Statera Atlantic Challenge, une salle de sport à Saint Vivien près de La Rochelle qui est aussi un centre de formation au brevet professionnel d'éducateur sportif. 

12 heures d'entrainement par semaine

Véronique n'était pas une grande sportive avant son accident, et il y a deux mois, avant de commencer à s'entrainer "elle avait une capacité physique assez moyenne" commente Dominique Cortiula, le préparateur de Véronique. "Elle faisait beaucoup avec les jambes, et peu avec le haut du corps." Aujourd'hui, elle s'entraine 12 heures par semaine : elle court 8 kilomètres tous les jours (avec son tricycle thérapeutique d'un poids de 10KG, qu'elle doit pousser), elle fait trois séances par semaine d'une heure de musculation, et deux séances d'une heure de natation. Le sport permet au corps de secréter des endorphines qui atténuent la douleur. 

Véronique fera équipe avec ses deux entraineurs pour l'EDF ADN Tour, un circuit mixte de raids multisportifs
Véronique fera équipe avec ses deux entraineurs pour l'EDF ADN Tour, un circuit mixte de raids multisportifs © Radio France - Marie-Laurence Dalle

En deux mois, Véronique a réussi à renforcer sa musculature. "Elle va en avoir besoin" explique son préparateur : "Le circuit EDF ADN Tour, c'est beaucoup d'épreuves physiques : ça va de l'escalade à la course à l'aviron etc. Véronique a besoin d'une capacité physique assez importante". Ses atouts : une génétique favorable qui lui permet d'évoluer dit Dominique Cortiula et surtout une pugnacité à tout épreuve ajoutent Cynthia Hartock, et Adrien Pérez, deux étudiants du centre de formation, qui sont devenus les entraineurs de Véronique. 

"J'ai 4 enfants et j'ai envie de leur montrer que maman va faire l'EDF ADN Tour, qu'elle va faire de la musculation ce que d'autres mamans ne font pas" s'exclame Véronique. Elle est devenue Véronika Tornade, sur les réseaux sociaux : "Je raconte ma vie au quotidien, la vie avec un handicap, les défis que je me lance". Aujourd'hui, plus rien ne l'arrête, Véronika s'est fixé l'objectif, après le circuit EDF ADN Tour, de battre un record sur un marathon

Choix de la station

À venir dansDanssecondess