Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour Noël, l’Église de l’Yonne en appelle à la générosité des fidèles

-
Par , France Bleu Auxerre
Auxerre, France

En cette période de fêtes, l'Eglise catholique se rappelle aux bons souvenirs de ses paroissiens, invités à participer au denier. C'est une grande collecte qui permet notamment de rémunérer les prêtres. Dans l'Yonne comme ailleurs, le nombre de donateurs a tendance à baisser.

L'Eglise en appelle à la générosité des fidèles.
L'Eglise en appelle à la générosité des fidèles. © Radio France - Delphine Martin

C’est bientôt la fin de l’année. Les fidèles catholiques n’ont donc plus que quelques jours pour contribuer à la campagne 2017 du denier de l'Eglise. Une donation libre, qui permet de rémunérer les prêtres et les salariés laïcs des diocèses.

Moins de donateurs mais des dons plus importants

Cette grande collecte est lancée chaque année en février. Dans toute la France, en 2016, les fidèles ont donné plus de 250 millions d’euros à l’Eglise. 1 128 000 personnes ont contribué l’an passé. 

Cela représente 40 000 donateurs de moins qu’en 2015, mais comme le montant moyen d’un don a progressé (passant de 217 à 226 euros), la collecte est finalement stable. Avec plus de 250 millions d’Euros réunis en 2016, elle progresse même de 1,1% par rapport à 2015.

6 000 donateurs dans l’Yonne

Dans l’Yonne, la campagne du denier de l’Eglise, permet chaque année de récolter un peu plus d’un million d’euros. Cela permet de rémunérer les 92 prêtres, les 3 séminaristes, les 15 religieuses et religieux et les 36 salariés laïcs du diocèse.

"Le denier, c'est un peu comme une cotisation !" - Vincent Dano, économe diocésain

Environ 6 000 personnes contribuent dans le département, mais Vincent Dano, l’économe du diocèse de Sens-Auxerre, veut convaincre tous les autres : "selon les statistiques de l’INSEE, deux tiers des Français se disent catholiques. Cela représente 90 000 familles dans l’Yonne. Eh bien si les 84 000 familles qui ne participent pas aujourd’hui donnaient chacune 20 euros, il n’y aurait plus de problèmes pour faire vivre l‘Eglise."

Le denier, c’est comme une cotisation. C’est participer à la vie de la famille (Vincent Dano)

L’Eglise de l’Yonne profite donc de cette période des fêtes pour lancer ce petit rappel : "les fidèles catholiques donnent tout au long de l’année mais c’est vrai que le mois de décembre est un mois de la générosité. Il y a beaucoup d’appels à la générosité. Et nous essayons de faire un petit « coucou » pour rappeler que le denier, c’est un peu comme une cotisation à une association. Est-ce qu’on irait au club de foot ou à la musique si on n’avait pas payé sa cotisation ? C’est tout naturel de la payer ! C’est une manière de participer à la vie d'une famille", ajoute l’économe du diocèse. 

C’est pour faire vivre notre paroisse (Marguerite)

Devant l’Eglise Sainte-Thérèse, dans le quartier des Rosoirs, à Auxerre, les paroissiens affluent doucement pour la messe de Noël. Pour bon nombre d’entre eux, contribuer au denier, c’est aider l’Eglise à fonctionner, et c’est tout naturel. "Ah, moi je donne tout le temps, tous les ans ! Je suis obligée, car cela sert à payer les prêtres", assure Marie-Thérèse. "C’est pour faire vivre notre paroisse, car elle est très étendue et cela engendre des frais. Notre curé se déplace à Saint-Georges, à Charbuy et même à Villefargeau", poursuit Marguerite.

Un peu plus loin, Emmanuel et Caroline, la quarantaine, préfèrent aider l'Eglise autrement. "A chacun sa façon d’agir pour l’Eglise. Le denier en est une, mais il y a d’autres façons d’y participer. Nous, par exemple, on aide pour le catéchisme." 

Des donateurs plus âgés

Comme dans le reste de la France, les donateurs de l’Yonne ont très majoritairement plus de 60 ans. Et comme ailleurs, 9 catholiques sur 10 ne donnent pas pour le denier. 

Il faut dire qu’ils sont très sollicités par les associations caritatives, notamment en fin d'année : "Nous sommes envahis par les demandes, c’est effroyable !", constate Martine, "tous les jours, c’est trois, quatre, cinq demandes, alors il faut se limiter. Et nous qui sommes croyants et pratiquants, nous ressentons le besoin d’aider les prêtres et les églises", poursuit l'Auxerroise.

66% des dons faits à l'Eglise (ou à toute autre association reconnue d'utilité publique) sont déductibles des impôts sur le revenu.

Le denier de l'Eglise : reportage avec les paroissiens d'Auxerre - Delphine Martin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess