Société

Pour ou contre l'interdiction du tabac en France?

Par Céline Rousseau et Aurélie Locquet, France Bleu Alsace mardi 4 février 2014 à 11:02

Les chiffres du cancer en France
Les chiffres du cancer en France © IDÉ

François Hollande a présenté ce mardi le troisième plan de lutte contre le cancer. Il prévoit 1,5 milliard d'euros pour lutter contre la première cause de mortalité en France. L'accent est mis sur le cancer du col de l'utérus et sur la réduction du tabagisme.

Retrouvez l'interview en intégralité de la professeure en pneumologie Elisabeth Quoix.** Retrouvezl'interview en intégralité d'Yves Bur, l** e maire de Lingosheim: "on ne fume pas en présence d'un enfant". Le cancer et ses 150.000 décès par an reste la première cause de mortalité en France. 5 millions de familles sont ou ont été concernées par cette maladie.

"On ne fume pas en présence d'un enfant"

François Hollande prévoit de doter le 3è plan cancer d'1,5 milliard d'euros. L'idée est notamment de lutter contre les inégalités qui persistent face à cette maladie. Il est question de doubler en cinq ans le nombre d'essais cliniques, d'étendre le dépistage systématique du cancer du col de l'utérus et de réduire le tabagisme.

200 personnes meurent chaque jour à cause de ce fléau en France. Il reste la principale cause évitable de cancer. Pour lutter contre la consommation de tabac, François Hollande a demandé à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de présenter "avant l'été un programme national de réduction du tabagisme" . Les hausses du prix du tabac vont se poursuivre.

Le paquet de cigarette va augmenter - Fotolia
Le paquet de cigarette va augmenter © Fotolia
L'accent doit aussi être mis sur la prévention. "Les campagnes de prévention peuvent être efficaces, dans certains pays, on compte moins de 20% de fumeurs, alors qu'en France on est toujours à 33%" , constate Yves Bur, le maire de Lingosheim qui était à la présentation du plan cancer à Paris. "Il faut protéger les enfants et les jeunes, on ne fume pas en présence d'un enfant."

"Fumer à 17 ans, c'est prendre le risque de mourir avant 60 ans"

Et pour ceux qui sont déjà fumeurs, François Hollande a annoncé le renforcement des aides déjà en place. " C'est une vraie addiction, ça n'a rien à voir avec la volonté" , rappelle le professeur en pneumologie Elisabeth Quoix, elle organise des consultations de tabacologie au nouvel hôpital civil de Strasbourg. Mais on est encore loin d'une véritable prise de conscience du fléau dans la société. "C'est comme avec les accidents de la route, après un accident, les gens ralentissent, mais ils accélèrent quelques kilomètres plus loin."

200 personnes meurent chaque jour en France à cause du tabac. "Un jeune qui entre dans l'addiction au tabac a une chance sur deux de mourir avant 60 ans. Fumer à 17 ans c'est prendre le risque de mourir avant 60 ans, cette phrase doit être répétée partout et à tous" , a lancé François Hollande.

Partager sur :