Société

Pour revoir des trains de voyageurs en Ardèche, il va falloir attendre encore longtemps

Par Germain Treille et Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 11 mars 2014 à 5:45

Un voyageur attendant le train en gare de Valence, le 6 novembre 2013. / Ne changez pas mes titres SVP
Un voyageur attendant le train en gare de Valence, le 6 novembre 2013. / Ne changez pas mes titres SVP © Stéphane Milhomme - Radio France

Jean-Jack Queyranne le président de la Région Rhône-Alpes a un peu douché les espoirs du collectif d'usagers qui milite pour la réouverture de la ligne SNCF sur la rive droite du Rhône. L'élu ne promet rien, ne s'engage sur aucun calendrier précis. Il renvoie le dossier à une réunion après les municipales qui réunira les principaux partenaires.

Si les trains FRET sont légion, le long de la vallée du Rhône, les voyageurs n'entendent toujours pas siffler leur train ! Le retour des trains voyageurs en Ardèche semble compromis. Il était prévu pour cette année 2014 dans les gares de la rive droite du Rhône. En provenance ou à destination de Nîmes et d'Avignon.

L'engagement n'a donc pas été respecté. Ce qui provoque la colère d'un collectif d'usagers qui milite pour la réouverture de la ligne SNCF. Ce lundi, à Aubenas, ce collectif a interpellé le président de la Région Rhône-Alpes. Jean-Jack Queyranne ne promet plus rien, le dossier est donc aujourd'hui au point mort.

Pour revoir des trains de voyageurs en Ardèche, il va falloir attendre encore longtemps.

Sur le papier, le retour des trains voyageurs en Ardèche était prévu pour cette année sur la rive droite du Rhône avec des perspectives à plus long terme, 2030, vers Privas et Aubenas. Tout est donc au point mort désormais regrette Franck Pallier, le responsable du collectif d'usagers.

Et la seule petite ouverture concédée lundi par le président de la Région, c'est une réunion en avril entre les différents partenaires pour tenter de relancer ce dossier.

Pour revoir des trains de voyageurs en Ardèche, il va falloir attendre encore longtemps.