Société

Une manifestation anti-CETA à Strasbourg ce mercredi, alors que le traité doit être ratifié par le Parlement européen

Par Charlotte Jousserand, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu mardi 14 février 2017 à 14:41 Mis à jour le mercredi 15 février 2017 à 10:42

Des manifestations ont déjà eu lieu, à Lyon notamment
Des manifestations ont déjà eu lieu, à Lyon notamment © Maxppp - Nicolas Liponne

L'accord de libre-échange entre l'Union Européenne et le Canada, le CETA, sera soumis au vote du Parlement à Strasbourg ce mercredi. En même temps, une grande manifestation anti-CETA est organisée dans la ville.

Ce mercredi, l'accord CETA est soumis au vote des députés du Parlement européen. Une manifestation qui doit réunir entre 400 et 800 personnes, selon les organisateurs du collectif Stop-Tafta-Ceta, est prévue pour protester contre cet accord commercial de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada.

Qu'est ce que le CETA ?

Le CETA est un accord commercial de libre-échange entre l'Union Européenne et le Canada. Le CETA, Comprehensive economic and trade agreement, a été signé fin octobre entre les deux parties, après des négociations pendant sept ans.

Cet accord commercial vise, selon Bruxelles, à augmenter de 25% le commerce de l'Union avec le Canada, actuellement 12e partenaire commercial. Toujours selon Bruxelles, le CETA va entraîner une hausse du PIB européen de 12 milliard d'euros par an, soit une augmentation de moins de 1% par rapport aux richesses produites par l'Union Européenne. La commissaire européenne du commerce, Cecilia Malmström défend ce traité. Elle considère qu'il est "plus important que jamais" face au protectionnisme du nouveau président des Etats-Unis Donald Trump.

Le CETA, s'il entre en vigueur, supprimera 98% des droits de douanes. Pour les produits agricoles, 90% des droits de douanes seront supprimés. En revanche, certains produits agricoles, comme la viande de volaille et les œufs, seront exclus de l'accord. Les produits interdits en Europe, comme le poulet au chlore, ou les produits OGM resteront interdits. L'accord fournit aussi une protection supplémentaire à 143 origines géographiques spécifiques (AOC), dont 42 françaises, comme le Roquefort, le Saint-Nectaire ou les Pruneaux d'Agen. Grâce au CETA, les entreprises européennes auront désormais accès aux marchés publics canadiens, y compris ceux des villes et des provinces qui gèrent une part importante des dépenses publiques.

Le vote des eurodéputés

Si les eurodéputés votent le CETA ce mercredi, cela permettra l'application provisoire d'une grande partie du texte et ce, dès le mois d'avril. Pour que le texte soit appliqué dans son intégralité, il faut qu'il soit ratifié par l'ensemble des 38 Parlements nationaux et régionaux de l'Union Européenne. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, est attendu à Strasbourg ce jeudi. Il doit s'exprimer devant les Eurodéputés après le vote.

Des citoyens fortement opposés au texte

L'opposition a ce traité est majeure. Ce lundi, des partis politiques de gauche et des associations et ONG ont remis au parlement européen une pétition avec 3,5 millions de signatures de citoyens opposés au texte.

Les anti-CETA dénoncent un traité "anti-démocratique", dangereux pour l'agriculture européenne et trop favorable aux multinationales, mais aussi néfaste pour l'emploi. Selon une étude de l'université américaine Tufts, le CETA va entraîner "la perte de 230.000 emplois d'ici 2023" dont 200.000 dans l'Union Européenne.

Les opposants s'inquiètent aussi à propos des tribunaux d'arbitrage que le CETA doit mettre en place. Ces tribunaux pourront être saisis par une entreprise pour demander réparation à un Etat si elle s'estime lésée par une nouvelle réglementation publique. Selon l'analyse de l'ONG Foodwatch, réalisée par trois spécialistes du droit public, ces tribunaux sont incompatible avec la Constitution française.

Une manifestation ce mercredi à Strasbourg

Pour protester contre le vote des Eurodéputé, une grande manifestation est organisée ce mercredi à Strasbourg, jour du vote. La manifestation partira ce mercredi matin, 10h30, de la Place Kleber. Tous les manifestants sont appelés à se rejoindre sur la place strasbourgeoise avant de rejoindre à pied le parlement européen. L'itinéraire détaillé n'a pas encore été précisé.

Un meeting est programmé à 14 heures ce mercredi, après la manifestation, et en présence notamment de Jean-Luc Mélenchon, qui tiendra un autre meeting, pour la présidentielle cette fois-ci, dans la soirée de mercredi.

  - Visactu
© Visactu