Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le pourquoi du comment

Pourquoi et comment va-t-on fermer des centrales nucléaires dans les prochaines années ?

-
Par , France Bleu Auxerre

Le gouvernement doit annoncer sa feuille de route énergétique pour les dix prochaines années la semaine prochaine. Des fermetures de réacteurs nucléaires devraient être annoncées.

Les quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly dans le Loiret, à une trentaine de kilomètres de l'Yonne, font partie des plus anciens de France.
Les quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly dans le Loiret, à une trentaine de kilomètres de l'Yonne, font partie des plus anciens de France. © Radio France -

Le gouvernement doit présenter la semaine prochaine sa programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).  Il pourrait ainsi annoncer la fermeture de plusieurs réacteurs nucléaires dans les 20 ans à venir.

Pourquoi faut-il fermer des centrales nucléaires ?

Pour respecter un engagement : celui de la loi de transition énergétique votée en 2015. Elle prévoit la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité. Aujourd'hui, près de trois quarts de notre électricité vient du nucléaire ! L'objectif, c'est de ramener cette part à 50%. Pour y parvenir, il faut fermer une quinzaine de réacteurs, sur les 58 que comptent la France. Dans la loi, la date limite, c'est 2025, mais cet objectif a déjà été repoussé par le gouvernement. Trois scénarios sont à l'étude en ce moment : le plus optimiste fait était de 14 réacteurs fermés d'ici à 2035.

Comment cela pourrait-il se passer ?

Alors on sait deux choses : déjà, la plus ancienne des centrales française, celle de Fessenheim en Alsace, fermera d'ici à 2022. Ensuite, le gouvernement l'a dit : il n'y aura pas d'autres fermetures de réacteurs durant ce quinquennat

Logiquement, ce sont les plus anciens qui devraient fermer en premier. Les réacteurs ont normalement une durée de vie de 40 ans. Sauf qu'ils vont tous dépasser cet âge : les deux de Fessenheim ont eu 40 ans cette année, et rien qu'en 1979 et 1981, 17 autres réacteurs ont été mis en service ! Parmi eux, les quatre de la centrale de Dampierre-en-Burly dans le Loiret, à une trentaine de kilomètres de l'Yonne.

Que va-t-on faire de ces sites une fois qu'ils seront arrêtés ?

Et bien il va falloir démanteler, et ce ne sera pas une mince affaire. Entre les demandes d'autorisation, les opérations d'assainissement, le démontage des structures, et la dépollution... Démanteler une centrale prendra entre 20 et 30 ans. Sachez que l'on paye déjà ce démantèlement : son coût est compté dans le prix du kilo watt heure que nous achetons.

Où va-t-on trouver l'électricité qui ne sera plus produite par le nucléaire ?

L'objectif, c'est 30% d'électricité produite grâce aux énergies renouvelables en 2030 : solaire, éolien, hydrolien... Aujourd'hui, nous sommes à 18%. Si le renouvelable ne suffit pas, il ne restera qu'une solution : acheter de l’électricité aux pays voisins.

© Visactu
© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess