Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Encore plus de cyanobactéries dans l'étang de Courtille, mais la baignade reste autorisée

mardi 31 juillet 2018 à 20:04 Par Hajera Mohammad, France Bleu Creuse

La baignade dans l'étang de Courtille à Guéret est de nouveau autorisée depuis lundi 30 juillet, malgré la présence de cyanobactéries dans l'eau. D'après l'Agence régionale de santé, le taux de présence d'algues bleues a même augmenté cette semaine.

L'étang de Courtille à Guéret dans la Creuse
L'étang de Courtille à Guéret dans la Creuse © Radio France - Hajera Mohammad

Guéret, France

Depuis ce 30 juillet, la baignade est de nouveau autorisée dans l'étang de Courtille à Guéret dans la Creuse. Elle avait été interdite après des analyses menées par l'Agence Régionale de Santé (ARS), le 20 juillet dernier qui montraient un taux trop élevé de cyanobactéries dans l'eau. En fin de semaine dernière, la mairie a donné son feu vert pour la réouverture de la baignade, après de nouveaux tests menés à sa demande par un autre laboratoire. Pourtant, selon l'ARS, le taux d'algues bleues est encore trop élevé dans l'eau. 

Un "risque pour les baigneurs" selon l'ARS

Selon les toutes dernières analyses menées lundi, par l'Agence régionale de santé et révélées ce mardi, on dépasse largement le seuil sanitaire fixé à 100 000 cellules de cyanobactéries par millilitre d'eau. On avoisine plutôt les 550 000 cellules. Pour Valérie Godard, directrice de la délégation de l'ARS dans la Creuse "à ce niveau de concentration, l'état de l'eau n'est plus compatible avec les pratiques de baignades. Les cyanobactéries sont susceptibles de libérer des cyanotoxines et donc de présenter un risque pour les baigneurs."

À la mairie de Guéret, gestionnaire de l'étang de Courtille, on estime au contraire que le risque n'est pas avéré. "Il n'y a aucun danger pour les baigneurs", assure Thierry Bourguignon, 1er adjoint au maire. Pour le prouver, il met en avant les analyses complémentaires réalisées à la demande de la ville.

Analyses complémentaires 

La mairie a décidé, effectivement, comme l'autorise un texte ministériel de 2016, d'aller plus loin et de commander des analyses plus poussées auprès du laboratoire du CHU de Limoges. Sa mission : faire le tri entre les cyanobactéries toxiques et celles qui ne le sont pas. Conclusion d'après ces tests complémentaires (menés avant le 30 juillet) : la plupart des algues bleues présentes dans l'eau ne dégagent pas de toxines et sont inoffensives pour les baigneurs, d'où la réouverture de l'étang.

Pas de risque pour la santé selon la mairie

Quant aux accusations sur un manque de précaution de la part de la mairie, Thierry Bourguignon, répond : "On prend nos décisions de façon responsable. Effectivement, c'est un lieu important pour des Guérétois qui ne peuvent pas partir en vacances, mais la première chose c'est la santé et dès qu'il y aura le moindre risque pour la santé, bien sûr, on fermera la baignade", assure l'élu. La ville attend d'ailleurs, elle aussi, les résultats de nouvelles analyses menées en début de semaine et envoyées au laboratoire de Limoges. 

En fonction des résultats, elle prendra sa décision sur une éventuelle nouvelle interdiction de baignade. L'ARS, elle, n'a aucun pouvoir pour fermer l'étang. En revanche, si elle estime qu'il y a un réel danger, elle peut prévenir la préfecture qui aura le dernier mot et pourra interdire la baignade si nécessaire.