Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pourquoi le Cirque Arlette Gruss ne veut plus revenir à Strasbourg

Le cirque Arlette Gruss se produit depuis ce mercredi 22 mai et jusqu'à dimanche soir à Strasbourg. Et ce sera peut-être la dernière représentation strasbourgeoise... Les dirigeants ont annoncé qu'ils ne reviendraient plus dans la capitale alsacienne. Explications.

Un numéro avec des fauves lors du spectacle 2018 du cirque Arlette Gruss.
Un numéro avec des fauves lors du spectacle 2018 du cirque Arlette Gruss. © Maxppp - Julio PELAEZ

Strasbourg, France

Cette année, les représentations du cirque Arlette Gruss démarrent dans une ambiance particulière à Strasbourg. La famille Gruss a annoncé qu'elle ne reviendrait pas dans la capitale alsacienne, les spectacles du mercredi 22 au dimanche 26 mai pourraient donc être les derniers à Strasbourg pour ce cirque. Les dirigeants dénoncent un accueil qui se détériore selon eux. Dernier épisode en date : le retrait, samedi, de matériel de marquage sur un parking appartenant au Racing où devait s'installer le cirque. Le porte-parole du cirque, Rémy Becuwe, affirme que l'autorisation de marquage leur a été retirée au dernier moment, jeudi, puis redonnée par téléphone après moult appels. "C'est un habitant du quartier qui nous a avertis que nos pics avaient été retirés par la mairie...

Les explications données par la ville : "Ils nous ont dit qu'ils avaient besoin de réquisitionner le parking pour le match à la Meinau, mais ça ne se décide pas à la dernière minute" récuse Rémy Becuwe. De leur côté, les services techniques de la mairie affirment qu'un mail a été envoyé le 6 mai, même si le responsable reconnaît des difficultés d'organisation : "Il y a un espace assez contraint sur Strasbourg qui est une ville assez dense, on a les mêmes soucis pour la foire, mais nous essayons de faire au mieux et nous espérons rester une ville hospitalière pour le cirque comme pour beaucoup d'activités" détaille Pierre Laplane qui reconnaît le manque d'un terrain adéquat pour recevoir les cirques.

Les numéros avec animaux sauvages : le coeur du problème ?

Aux yeux du cirque Gruss, les difficultés avec les services techniques et l'incident du matériel retiré sont l'expression d'un problème plus large : "On voit que d'année en année, la ville prête de plus en plus d'attention aux anti-animaux et nous le regrettons, on ne les a pas attendus pour faire attention à nos animaux" regrette Rémy Becuwe. Pourtant, après la résolution votée par la mairie en avril 2018 pour en finir avec les numéros d'animaux sauvages, le cirque Arlette Gruss avait accepté de venir sans les fauves ni les éléphants cette année et devait même revenir l'an prochain sans aucun animal sauvage. 

La ville avait accordé une dérogation au cirque Arlette Gruss qui a pu venir avec des manchots et des otaries en 2019. - Radio France
La ville avait accordé une dérogation au cirque Arlette Gruss qui a pu venir avec des manchots et des otaries en 2019. © Radio France - Guillaume Vague

Pourquoi décider de ne plus revenir du tout alors que le dialogue était favorable ? Le cirque l'explique notamment par une étude de satisfaction réalisée auprès de ses clients : "Parmi les numéros absents qu'ils aimeraient voir revenir, les fauves sont arrivés en premier, et de très loin. Nous écoutons nos spectateurs et je peux vous dire que pour les 35 ans du cirque Arlette Gruss (en 2020, nldr), les fauves reviendront sur la piste... mais pas à Strasbourg" affirme Rémy Becuwe qui met en avant l'obtention d'un label européen qui prend en compte le soin apporté aux animaux, le Big Top Label (Arlette Gruss est le seul cirque français à l'avoir obtenu). 

La question n'est pas là pour Christel Kohler, adjointe au maire en charge de l'environnement : "Il va de soi que Gruss aime ses animaux et respecte au maximum la réglementation, je n'en doute pas. Aujourd'hui, ce dont il est question c'est le regard porté par l'être humain et sur l'instrumentalisation de l'animal sauvage notamment lors de numéros de cirque." explique l'élue avant d'ajouter : "Pour Strasbourg, il n'est pas question de tuer le cirque mais de l'accompagner dans sa transition."