Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Île-de-France : trop de boulangeries fermées au mois d'août

Par

Les boulangeries sont nombreuses à fermer leur porte pendant le mois d'août. Dans certaines villes, les enseignes ne s'entendent plus sur les périodes de congés et laissent un vide pendant les vacances. Les clients n'ont plus d'autre choix que de se tourner vers les grandes surfaces.

Les six boulangeries de la ville de Chesnay-Rocquencourt sont toutes fermées pendant le mois d'août. Les six boulangeries de la ville de Chesnay-Rocquencourt sont toutes fermées pendant le mois d'août.
Les six boulangeries de la ville de Chesnay-Rocquencourt sont toutes fermées pendant le mois d'août. © Radio France - Thibaud Hue

Sur les devantures des six boulangeries du Chesnay-Rocquencourt, dans les Yvelines (78), un petit écriteau est systématiquement accroché et indique : « Fermé pour les vacances ». Dans cette ville de 32.000 habitants, il faut savoir faire sans les boulangeries. Au mois d'août, toutes les enseignes ferment en même temps, au grand désespoir des habitants. "C'est très dérangeant", souffle Encarnacion, 70 ans, qui doit marcher plus longtemps pour trouver du pain. "Du moment qu'ils gagnent de l'argent comme ça les arrangent, le client, ils n'en ont rien à faire !", fustige un passant.

Publicité
Logo France Bleu

À la terrasse d'un café, Yohann, 32 ans, regrette de devoir se tourner vers les grandes surfaces : "C'est dommage, mais on n'a pas d'autres solutions. En plus, le pain est de moins bonne qualité, moins bien cuit". En effet, les supermarchés qui restent ouverts tout l'été pallient l'absence des boulangeries. Dans un Carrefour City, certains clients font la queue pour venir chercher leur baguette. Hugo, vendeur, constate une hausse de la clientèle : "On a des nouvelles personnes qui ne viennent pas d'habitude__. Surtout le matin quand les gens viennent chercher leur pain. On remplace la boulangerie et on fait beaucoup plus de fournées."

Pour rester à proximité de chez eux, les habitants n'ont pas d'autres choix que de se tourner vers les supermarchés. © Radio France - Thibaud Hue

Cette situation dure déjà depuis plusieurs étés. En décembre 2014, sous le mandat présidentiel de François Hollande, la loi de simplification de la vie des entreprises est adoptée. Ainsi, il devient impossible d'encadrer les dates de fermeture estivale des boulangeries. Cette réglementation avait été instaurée en 1957 pour "assurer le ravitaillement en pain de la population". Les origines de cette législation remontent à la Révolution française, lorsqu'un boulanger, accusé d'avoir caché du pain, avait été pendu par des citoyens affamés. L'Assemblée constituante avait réagi en votant une loi permettant de réquisitionner les boulangers toute l'année pour que Paris ne manque plus de pain.

Six ans après, les zones blanches sont courantes en Île-de-France et les boulangers ne se relaient presque plus. Un manque de sens du collectif que regrette Olivier Gérard, président de la Fédération de la boulangerie-pâtisserie de l'Essonne, du Val d'Oise et des Yvelines : "Il faut se dire que l'un reste ouvert au mois d'août, pendant que l'autre ferme, et on tourne l'année d'après pour une juste répartition du chiffre d'affaires. On le faisait avant, alors je ne vois pourquoi on ne pourrait plus le faire maintenant."

Pour retrouver du pain dans les rues de Paris, il faudra alors patienter jusqu'à la rentrée. La majorité des réouvertures sont attendues pour la dernière semaine d’août. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu