Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pourquoi les jeunes Marseillais savent-ils si peu nager ?

-
Par , France Bleu Provence

80 à 90% des élèves ne sauraient pas nager à leur entrée en sixième à Marseille. Des petits Marseillais privés de natation dans une ville en bord de mer, ce paradoxe risque de durer : manque d'équipements, bassins vétustes, et la natation de moins en moins enseignée à l'école, comment y remédier ?

L'opération "apprendre à nager" du Ministère de la Jeunesse et des Sports : seulement trois semaines l'été à Marseille
L'opération "apprendre à nager" du Ministère de la Jeunesse et des Sports : seulement trois semaines l'été à Marseille © Radio France - Tony Selliez

Pourquoi les petits Marseillais, dans la grande majorité, ne savent pas nager ? La plupart d'entre eux subissent un paradoxe étonnant : ils ont beau habiter au bord de l'eau, près de la mer, très peu ont vraiment appris à nager.

Alors à qui la faute ? Pas assez de piscines ? Ou l'école qui ne remplit plus sa mission d'éducation pendant l'année ?La mairie fait avec les moyens du bord. Il y a douze bassins à Marseille. Mais pour près d'un million d'habitants, c'est très peu.

"Il y a encore vingt ou trente ans, le petit marseillais sortait de l'école, allait à la piscine et apprenait à nager. Au fil des années, ça s'est perdu. On arrive à ce paradoxe où les petits Marseillais savent peut-être moins bien nager que les petits Parisiens ou les petits Vosgiens."

  • Major Philippe Brunetti, responsable de l'Unité de Sécurité et de Prévention du Littoral

Le ministère de la jeunesse et des sports a lancé cette année l'opération "apprendre à nager" . Il s'agit d'un programme d'apprentissage gratuit et destiné aux jeunes de six à douze ans. Les parents ont juste à payer une licence à quinze euros.

A Marseille, cette opération se traduit par des cours pendant les vacances scolaires. Mais sur l'ensemble de l'été, le dispositif concerne seulement trois semaines en juillet , faute notamment d'éducateurs ; ils sont d'ailleurs payés par le Comité de Provence de Natation, et pas par la mairie.... Et surtout, c'est déjà complet pour tout ce mois de juillet.

Vous pouvez peut-être réussir à inscrire vos enfants mais pour .. la Toussaint. Le numéro 04.91.49.20.77.

"Il y a beaucoup d'enfants qui n'ont pas le minimum du "savoir nager sécuritaire". Il y a un chiffre qui circule, et qui dit que 90% des enfants qui rentrent en sixième ne savent pas nager à Marseille. Il y a un manque d'infrastructures, même si la mairie fait de gros efforts."

  • Anne Vial, la directrice du Comité de Provence de Natation

La situation** est d'autant plus alarmante que certaines piscines sont fermées pendant l'été . Heureusement, des chantiers avancent** : avec la réfection par exemple de la piscine Vallier (quatrième arrondissement) et de la piscine Desautel (neuvième arrondissement).

D'autres projets pourraient également voir le jour : un bassin agrandi et doublé à Frais Vallon , une piscine neuve sur le secteur d'Euroméditerranée , et deux bassins de cinquante mètres à Luminy . Mais la mairie pourra-t-elle les financer seule, ou est-elle condamnée à de nouveaux partenariats public-pr ivé comme pour la rénovation du Stade Vélodrome ?****

Des piscines trop rares et souvent vétustes (ici Saint-Charles) : Marseille essaie tant bien que mal de combler son retard - Radio France
Des piscines trop rares et souvent vétustes (ici Saint-Charles) : Marseille essaie tant bien que mal de combler son retard © Radio France - Tony Selliez

 

Choix de la station

France Bleu