Élections DOSSIER : Les élections législatives 2017 en PACA

Premier débat des élections législatives sur France Bleu Vaucluse

Par Philippe Chauché et Daniel Morin, France Bleu Vaucluse mercredi 10 mai 2017 à 18:57 Mis à jour le jeudi 11 mai 2017 à 4:29

 Catherine Candela, Marlène Thibaud, Jean-François Périlhou,  Fabienne Haloui et Jacques Bompard, cinq candidats de la 4e circonscription
Catherine Candela, Marlène Thibaud, Jean-François Périlhou, Fabienne Haloui et Jacques Bompard, cinq candidats de la 4e circonscription © Radio France - Charlotte Lalanne

Cinq candidats débattent sur France Bleu Vaucluse, ils sont en course dans la 4e circonscription de Vaucluse pour en devenir le ou la député.

Débat entre : Jacques Bompard, le député sortant Ligue du Sud de la 4e circonscription de Vaucluse - Jean-François Périlhou Les Républicains - Marlène Thibaud du Parti Socialiste - Catherine Candéla du Front National - Fabienne Haloui du Parti Communiste - ils débattent durant une heure face à Daniel Morin de France Bleu Vaucluse, en collaboration avec Vaucluse Matin et La Provence.

Cinq des candidats aux législatives pour la 4e circonscription (Haut Vaucluse) ont débattu sur France Bleu Vaucluse  - Radio France
Cinq des candidats aux législatives pour la 4e circonscription (Haut Vaucluse) ont débattu sur France Bleu Vaucluse © Radio France - Charlotte Lalanne

Cette circonscription comprend les cantons d'Orange, Bollène, Valréas, Vaison-la-Romaine, Malaucène et Beaumes-de-Venise, soit 88.000 électeurs.

Réécoutez Rue de la République

Jacques Bompard : Ce qui me différencie des autres, c'est que moi et mes amis de La Ligue du Sud, nous sommes au service et uniquement au service des citoyens.

Catherine Candéla : Nous nous positionnions au niveau national, nous serons une force d'opposition à l'Assemblée Nationale. Nous ne sommes pas en guerre avec Jacques Bompard, mon véritable adversaire c'est la gauche.

Jean-François Périlhou : L'enjeu c'est une majorité de droite et du centre à l'Assemblée Nationale. Le score des Républicains n''est pas si mauvais que cela, l'enjeu se passe sur un rassemblement, du renouveau sur le terrain, et un rassemblement le plus large possible à l'Assemblée Nationale. Cette législative va venir en remplacement du débat qui n'a pas eu lieu durant l'élection présidentielle.

Marlène Thibaud : J'ai été choisi par les militants du Parti Socialiste pour représenter la 4e circonscription, il n'y a pas d'alliance pour l'instant avec les autres candidats de gauche.

Fabienne Haloui : On peut évoquer les questions de rassemblement mais il faut parler du fond et des programmes. Je pense que dans cette circonscription, il faut créer les conditions pour que la gauche soit au second tour, et je suis prête à retirer ma candidature.

Marlène Thibaud : Je n'ai pas la tentation de me tourner vers Emmanuel Macron. Je suis une femme de gauche dans un contexte de construction avec la Majorité Présidentielle. Je suis Européenne et je tiens à défendre l'Europe.

Catherine Candéla : Je ne pense pas qu'on puisse nous qualifier de mouvement d’extrême droite. Quant au départ de Marion Maréchal le Pen, ce n'est pas un coût dur, elle laisse le Vaucluse, avec des militants, et des élus.

Jacques Bompard : Je comprends la décision de Marion Maréchal le Pen.

Jean-François Périlhou : Avant tout, je m'adresse aux Vauclusiens et je ne me positionne pas en fonction de ce que font mes adversaires. Je délivre un message à l'ensemble de la population, j'ai un bilan en tant que maire.

Catherine Candéla : Nous avons deux maires autour de la table, que ferez-vous si vous êtes élus ?

Jean-François Périlhou : Je resterais conseiller municipal, je garderais un fort investissement à Vaison-la-Romaine, si je suis élu à l'Assemblée Nationale, la loi sur le non cumul s'appliquera.

Jacques Bompard : Je jugerais là où je suis le plus utile, si je pars à l'Assemblée Nationale, je resterais conseiller municipal d'Orange.

Marlène Thibaud : Quel député voulons-nous pour cette circonscription et quel avenir voulons-nous pour cette circonscription ?

Fabienne Haloui : Je suis une militante de terrain et je le resterais si je suis élue à l'Assemblée Nationale.

Quel député serez-vous demain ?

Fabienne Haloui : On a besoin de réconcilier les citoyens avec la politique.

Catherine Candéla : Je serais un député de terrain et je porterais les demandes locales et nationales.

Jean-François Périlhou : Je veux être celui qui accompagne les projets qui vont dans le sens de la réforme, du bon sens.

Jacques Bompard : J'ai souvent été tout seul pour défendre des textes importants. Je soutiendrais les propositions de loi qui tiennent debout.

Marlène Thibaud : On a besoin d'avoir un élu de terrain, pour comprendre les problématiques de ce territoire. Le travail de député c'est de porter des lois avec des répercutions bénéfiques pour l'ensemble de la population.

Quels leviers actionner dans cette circonscription ?

Catherine Candéla : Sur l'emploi il faut discuter et ne pas être brutal, ne pas utiliser le 49-3 et les Ordonnances. Pour l'agriculture, les agriculteurs se sentent étouffés par les normes. Je m’attacherais à proposer de simplifier toutes ces normes. On est tous d'accord pour soutenir les agriculteurs victimes du gel.

Fabienne Haloui : Il faut favoriser les entreprises qui embauchent. Pour les agriculteurs, il faut une loi pour réduire les marges et agir sur le coefficient multiplicateur.

Jean-François Périlhou : Il faudra un peu de courage et tenir bon, notre pays a un taux de chômage record en Europe. La priorité c'est que notre pays doit arrêter de vivre au dessus de ses moyens. Il faut porter des projets locaux : notamment la gare TGV au sud de Montélimar. C'est la fiscalité qui plombe les agriculteurs. Il faut que les agriculteurs puissent vivre du fruit de leur travail.

Marlène Thibaud : Il faut avoir un programme très fort pour les jeunes et je travaillerais sur l'apprentissage. Je défendrais le projet d'irrigation par les eaux du Rhône et qui concerne 43 communes et il faut permettre la diversification de l'agriculture.

Jacques Bompard : C'est le mondialisme qui tue notre économie, notre pays s'en sortira que si tout le monde travaille. Cet Etat travaille contre ceux qui travaillent, en encourageant ceux qui ne travaillent pas.

D'autres candidats sont en course dans cette circonscription, pour La République en Marche (il n'est pas encore choisi), Farid Faryssy pour La France Insoumise, Serge Marroleau pour Europe Ecologie les Verts, Serge Noudelberg pour Nous Citoyens.