Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Première en Dordogne : les gilets jaunes de Nontron et de Brantôme créent leur association

samedi 24 novembre 2018 à 22:01 Par Noémie Philippot, France Bleu Périgord

C'est une nouvelle étape dans la mobilisation des gilets jaunes en Dordogne : les groupes de Nontron et Brantôme ont décidé de créer une association, pour pouvoir peser sur les décisions politiques dans le département. Leurs représentants ont rencontré le député Jean-Pierre Cubertafon ce samedi.

Le député Jean-Pierre Cubertafon a reçu une délégation de quatre gilets jaunes, représentants du Groupement des gilets jaunes du Périgord vert
Le député Jean-Pierre Cubertafon a reçu une délégation de quatre gilets jaunes, représentants du Groupement des gilets jaunes du Périgord vert © Radio France - Noémie Philippot

Périgord, France

Les gilets jaunes du nord de la Dordogne préparent l'après occupation des ronds-points. Les groupes de Nontron et dans Brantôme sont en train de fonder une association : "Les statuts sont prêts, je me suis engagé auprès du sous-préfet [de Nontron] à les déposer dans la semaine prochaine" explique François Peyrouny, porte-parole des gilets jaunes de Brantôme. 

Le Groupement des gilets jaunes du Périgord vert devrait donc naître d'ici quelques jours. Tout est parti d'un constat qui s'est fait rapidement dans les rassemblements : au-delà de la hausse du prix des carburants, ici, les manifestants dénoncent l'abandon des zones rurales. Le but de cette nouvelle association, c'est d'inscrire les revendications des gilets jaunes dans la durée, de pouvoir prendre part aux discussions avec les élus départementaux et peser sur les décisions politiques qui concernent des sujets tels que les déserts médicaux, la fermeture des classes dans les écoles de campagne, l'entretien du réseau routier. 

Prendre part aux décisions en restant apolitique

Pour François Peyrouny : "C'est le carburant qui a été le détonateur. C'est le mal vivre dans nos compagnes, le sentiment d'être un peu des citoyens de seconde zone. _Nous ne voulons plus être les spectateurs de ce qui se passe dans nos territoires, nous voulons êtes des acteurs à part entière_." Le Groupement des gilets jaunes du Périgord vert doit aussi exprimer le fait qu'une majorité de manifestants "ne se reconnaît dans aucun parti politique traditionnel" précise François Peyrouny. Pour respecter cela, aucun parti politique, ni syndicat, ne sera admis au sein de l'association

Ce samedi, lui et trois représentantes de la future association ont rencontré le député de leur circonscription, Jean-Pierre Cubertafon. Pour lui, "il y a une crise, il faut éviter la rupture, il faut ignorer ce qu'il se passe en France." Après près de trois quart d'heures de discussions "constructives" selon lui, Jean-Pierre Cubertafon a décidé qu'il "interviendrait, si c'est possible, pour qu'il puisse participer aux entretiens qu'a prévu le Président de la République dans les trois mois qui vont venir."

Autre approche des décideurs pour le département : vendredi, les gilets jaunes de Nontron et de Brantôme ont apporté une pétition portant 1300 signatures à la sous-préfecture de Nontron pour dénoncer le prix du carburant, et plus généralement les problèmes de la ruralité. Le Groupement des gilets jaunes du Périgord Vert compte déjà près de 200 membres. D'ici la semaine prochaine, ils s'attendent à voir plus de 300 personnes les rejoindre.