Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Première Guerre mondiale : le mystère du tunnel de Winterberg, à Craonne sera bientôt levé

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Picardie

En mai 1917, plus de 250 soldats allemands ont péri dans le tunnel de Winterberg lors d'un tir d'obus, près du Chemin des Dames (Aisne). Depuis 100 ans, ce tunnel n'avait jamais été retrouvé. Mais plusieurs passionnés d'histoire ont réussi à le localiser, au terme d'années de travail.

Grâce aux travaux de son père, Pierre Malinowski (à droite) a trouvé l'entrée du tunnel de Winterberg, près de Craonne.
Grâce aux travaux de son père, Pierre Malinowski (à droite) a trouvé l'entrée du tunnel de Winterberg, près de Craonne. © Maxppp - Alexandre Allard / L'Union

C'est un mystère de plus d'un siècle qui devrait bientôt être levé. Le tunnel de Winterberg, près du Chemin des Dames (Aisne), devrait bientôt être fouillé par des équipes archéologiques allemandes, après 113 ans d'attente.

En mai 1917, lors d'une attaque française près de Craonne (Aisne), plusieurs centaines de soldats allemands se réfugient dans le tunnel de Winterberg pour échapper aux tirs d'obus. Certains parviennent à s'échapper, mais près de 250 soldats restent coincés à l'intérieur. Seuls trois d'entre eux réussiront à sortir.

14 ans de recherches

Le "tunnel de la mort", comme il est souvent surnommé, tombe petit à petit dans l'oubli. Mais Alain Malinowski, agent de la RATP et amoureux d'histoire, se passionne pour ce tunnel, comme le raconte son fils, Pierre Malinowski. "Mon père a passé 14 ans dans les archives de Vincennes, à lire tous les comptes-rendus militaires de tous les régiments qui sont passés par Craonne, de 1913 à 1918", afin de retrouver la localisation exacte du tunnel. Une tâche ardue puisque le paysage géographique a beaucoup changé en un siècle. 

Finalement, Alain Malinowski trouve l'entrée du tunnel et y emmène ses deux fils, Pierre et Erik. Mais ils n'ont pas le droit de commencer les fouilles sans l'accord des autorités compétentes, les fouilles clandestines étant considérées comme une violation de sépulture.

Le "Pompéi de la Grande Guerre"

Début 2020, voyant que les recherches n'avancent pas, Pierre Malinowski décide d'effectuer un premier sondage à l'endroit où devrait se trouver l'entrée du tunnel, sans autorisation préalable. "Je me souviens, il devait être 3 heures du matin, on a commencé à voir une cloche à l'entrée du tunnel, du matériel militaire... c'était très émouvant", se rappelle le passionné d'histoire.

Pierre Malinowski prend quelques photos, rebouche le trou et prévient les autorités allemandes. Pour lui, "_ces fouilles, ça sera sans doute l'une des plus grandes découvertes de la Première Guerre mondiale... L'intérieur du tunnel est si bien conservé que j'appelle ça le "_Pompéi de la Grande Guerre"", explique-t-il, ému.

Finalement, des fouilles allemandes devraient enfin avoir lieu "au premier trimestre de 2021", si tout se passe comme prévu. Les corps de plus de 250 soldats allemands pourraient être retrouvés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess