Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Première Guerre mondiale : un Sarthois décédé en 1956 officiellement reconnu "mort pour la France"

vendredi 10 novembre 2017 à 4:32 Par Bertrand Hochet et Julie Le Duff, France Bleu Maine

Pour les commémorations du 11 novembre, la commune sarthoise de Bonnétable rendra hommage ce samedi à Henri Prévost, qui avait succombé à ses blessures 40 ans après la bataille de Verdun. Sa famille s’est battue avec les anciens combattants pour qu'il soit reconnu "mort pour la France".

Le nom d'Henri Prévost figure depuis quelques jours sur le monument aux morts de Bonnétable, dans la liste de la Première Guerre mondiale, alors qu'ils est décédé en 1956
Le nom d'Henri Prévost figure depuis quelques jours sur le monument aux morts de Bonnétable, dans la liste de la Première Guerre mondiale, alors qu'ils est décédé en 1956 © Radio France - Bertrand Hochet

Le nom d’Henri Prévost, caporal du 117e Régiment d’infanterie pendant la Première guerre mondiale, vient tout juste de rejoindre la liste des morts pour la France de la Première Guerre mondiale sur le monument aux morts de Bonnétable. Pourtant, cet ancien imprimeur-typographe du journal local est mort à Paris en 1956. Mais cette mort est bien la conséquence des terribles blessures subies pendant les combats de la Grande Guerre : des éclats d’obus dans le dos, et une balle reçue dans le bras gauche. Un certificat du ministère de la Défense en atteste. Aujourd’hui, cette inscription sur le monument l’établit publiquement.

Le Sarthois Henri Prévost sera honoré ce 11 novembre à Bonnétable. Un certificat du ministère de la Défense atteste qu'il est bien mort des suites des blessures subies pendant la guerre 14-18. - Aucun(e)
Le Sarthois Henri Prévost sera honoré ce 11 novembre à Bonnétable. Un certificat du ministère de la Défense atteste qu'il est bien mort des suites des blessures subies pendant la guerre 14-18. - archives Union Nationale des Combattants de Bonnétable

Ce n'est que justice - Bernard Gaignard, président de l'Union Nationale des Combattants de Bonnétable

C’est Françoise, la petite-fille d’Henri Prévost, qui l’a demandé à la commune de Bonnétable. L’inscription vient combler un manque, selon Bernard Gaignard, le président de l'Union Nationale des Combattants de Bonnétable, qui a suivi le dossier : "Ce n’est que justice, c’était quelqu’un qui n’a jamais reculé devant les sacrifices, on le voit dans les documents que j’ai en ma possession". Blessé au combat en août 1914, Henri Prévost avait été renvoyé sur le front de Verdun sitôt rétabli. Il avait été décoré de la médaille militaire en 1918.

D'autres cas similaires ?

A Bonnétable, la liste des noms figurant sur le monument aux morts pourrait être plus longue encore. Il y a des héros cachés, estime Bernard Gaignard : "Je suis sûr qu’il y a d’autres personnes qui le méritent également, et si j’en découvre dans mes recherches, je ferai le nécessaire pour les honorer. Ça me parait indispensable. Ces gens ont donné pour notre liberté d’aujourd’hui, il faut les reconnaître".

Le président de l'Union Nationale des Combattants est convaincu qu'il existe d'autres cas comme celui d'Henri Prévost parmi les blessés de la guerre 14-18. - Radio France
Le président de l'Union Nationale des Combattants est convaincu qu'il existe d'autres cas comme celui d'Henri Prévost parmi les blessés de la guerre 14-18. © Radio France - Bertrand Hochet

ECOUTER - Bernard Gaignard : "d'autres personnes méritent cette reconnaissance"

REPORTAGE - Henri Prévost reconnu "mort pour la France"