Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Première opération de démontage de corps-morts dans l'étang de Thau à Mèze

dimanche 3 décembre 2017 à 6:07 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Hérault

La préfecture de l'Hérault organisait ce vendredi sa première opération de démontage de corps-morts sur l'étang de Thau à Mèze (Hérault). Ces mouillages sauvages sont de plus en plus nombreux et dangereux notamment pour les pêcheurs et les conchyliculteurs.

Ce bateau permet de remonter les corps-morts présents dans l'étang de Thau.
Ce bateau permet de remonter les corps-morts présents dans l'étang de Thau. © Radio France - Aurore Jarnoux

Mèze, France

Des pneus remplis de ciment, des plaques d’égout ou encore des pierres : c'est ce qu'on retrouve dans l'étang de Thau à Mèze. À bord d'un bateau équipé pour l'opération, un agent était chargé de remonter tous les corps-morts présents au niveau du camping Beau Rivage.

45 corps-morts à Mèze, une centaine à l'anse du Barrou

L'opération de démontage de ces mouillages sauvages, installés dans l'eau et reliés à une bouée pour permettre à des petits bateaux de s'amarrer, était organisée ce vendredi par la préfecture de l'Hérault. Il s'agit d'une pratique illégale qui engendre de vrais problèmes.

Les pêcheurs notamment en ont ras le bol. Ces installations précaires sont fragiles, les bateaux peuvent facilement se détacher. "Quand ils se décrochent, ils viennent dans les filets et cassent tout, souligne Fabrice Jean, de la Prud'homie de pêche de Mèze. Au début, il y en avait deux ou trois, maintenant il y en a quarante !" Mèze n'est pas la seule commune à être infestée par ces corps-morts. Il y en a une trentaine à Balaruc-les-Bains et une centaine à l'anse du Barrou.

"Ça fait déjà une dizaine d'années que les bateaux viennent là, il faut que ça cesse !" - Henry Fricou, maire de Mèze

Ces mouillages sauvages sont également très mauvais pour l'environnement. "Je peux comprendre les personnes qui font ça, il n'y a pas de place dans les ports, précise Henry Fricou, le maire de Mèze. Ces bateaux ne sont pas non plus très grands mais ça ne peut plus durer".

1.500 euros d'amende

Pour éviter que de nouveaux corps-morts apparaissent, les gendarmes vont sévir. "Là où il y a des bateaux, les propriétaires vont recevoir une lettre recommandée et ils seront mis en demeure de les retirer le plus vite possible, sous trois semaines", explique Hugues Caumette, commandant de la brigade nautique de Marseillan. Si les propriétaires ne le font pas, l'amende est de 1500 euros.

De nombreux bateaux amarrés à des corps-morts sur l'étang de Thau à Mèze. - Radio France
De nombreux bateaux amarrés à des corps-morts sur l'étang de Thau à Mèze. © Radio France - Aurore Jarnoux

La préfecture a décidé également de prendre des mesures. "Nous allons sans doute mettre en place une fourrière (pour les bateaux abandonnés) et une brigade bleue qui permette d'assurer une surveillance sur la bande des 300 mètres, en complément de ce que fait la gendarmerie nautique", avance Philippe Nucho, sous-préfet en charge du bassin de Thau.

La préfecture envisage aussi de créer une zone de mouillage collective, légale cette fois-ci mais payante.