Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Près de 150 avocats toulousains à Paris ce lundi pour défendre leur système de retraite autonome

-
Par , France Bleu Occitanie

On ne les a pas beaucoup entendu jusque là : les professions libérales donnent de la voix ce lundi à Paris pour défendre leurs régimes autonomes de retraite complémentaire. À la tête de ce collectif SOS Retraites, les avocats. Près de 150 robes noires toulousaines feront le déplacement.

Illustration de rassemblement d'avocats toulousains, ici contre la réforme de la justice en décembre 2018.
Illustration de rassemblement d'avocats toulousains, ici contre la réforme de la justice en décembre 2018. © Maxppp - Thierry Bordas

Toulouse, France

Le gouvernement peine à présenter un projet de loi sur les retraites, il faudra sans doute attendre l'an prochain, après les élections municipales (15-22 mars 2020). Conséquence, une succession de manifestations avec à la baguette, les syndicats ou alors des plusieurs professions qui veulent conserver leurs modalités de départ à la retraite. Il y a eu la RATP vendredi dernier, il y aura Force Ouvrière ce samedi 21 septembre. Et ce lundi 16 septembre, toujours à Paris, manifestation en début d'après-midi du collectif « SOS Retraites » composé de professions libérales : des avocats, des médecins, des kinés, des infirmiers, des podologues, des orthophonistes, des pilotes de ligne, etc. Ils disposent d'un régime général et d'un régime complémentaire autonomes de retraite et ne veulent pas être mêlés à la réforme.

Marion Barrault-Clergue, avocate au barreau de Toulouse, invitée de France Bleu Occitanie ce lundi matin. - Radio France
Marion Barrault-Clergue, avocate au barreau de Toulouse, invitée de France Bleu Occitanie ce lundi matin. © Radio France - Bénédicte Dupont

Ce lundi, entre 120 et 150 avocats toulousains montent à Paris pour protester au côté du collectif. Parmi eux, Marion Barrault-Clergue, invitée de France Bleu Occitanie avant son départ.

France Bleu Occitanie : Si on résume votre position : vous avez, vous, un régime de retraite, qui marche bien, avec un joli pécule de provisions. Vous ne voulez pas renoncer à vos avantages sous prétexte que le régime, lui, est déficitaire... 

Marion Barrault-Clergue : "Exactement. Notre caisse fonctionne très bien au niveau des cotisants et des retraités, elle est excédentaire. Si ce système est remis en cause, on ne pourra plus suivre financièrement l'augmentation de la cotisation et on va y perdre également au niveau des rentes de retraite.

Jusqu'à mettre en danger vos activités?

Oui, vous avez l'image de l'avocat nanti, ça n'est pas la réalité. Beaucoup de jeunes avocats vivent de l'aide juridictionnelle, de la permanence pénale. Ce sont des avocats qui vont soit fermer leur cabinet, soit augmenter leurs honoaires, refuser l"aide juridictionnelle et la permanecen pénale et donc vont mettre en péril l'accès au droit pour tous les justiciables. C'est donc un combat pour l'avenir de la profession, et l'accès au droit pour tous.

Le collectif représente environ 700.000 actifs. C'est peu pour convaincre le gouvernement. Êtes-vous prêt à rejoindre les agents de la RATP et les cheminots, puisque l'union fait la force?

Rien n'est fermé mais nous n'avons pas tous les mêmes revendications puisque salariés, fonctionnaires et libéraux sont tous visés par le rapport (NDLR : rapport Delevoye) mais sans les mêmes enjeux. Nous, nous avons des caisses autonomes et complémentaires excédentaires qui jouent déjà le jeu de la solidarité nationale puisque nous reversons tous les ans 80 millions d'euros au régime général qui est excédentaire. Et malgré tout, notre régime a encore de belles réserves parce qu'il est bien géré et parce que nous nous sommes serrés la ceinture et nous avons fait des choix".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu