Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Près de 1600 ovins abbattus dans les Alpes Maritimes pour la fête de l'Aïd

vendredi 1 septembre 2017 à 21:28 Par Florian Cazzola, France Bleu Azur

A partir de ce vendredi, les musulmans célèbrent l'Aïd-el-Adha, c'est à dire la fête du sacrifice. Environ 1600 ovins seront abattus dans les Alpes Maritimes pour accomplir ce rituel. Quatre lieux d’abattage sont prévus dans le département.. C'est plus que les années précédentes.

L'abbatoir de Puget-Théniers, dans le Mercantour, est le seul de toutes les Alpes-Maritimes.
L'abbatoir de Puget-Théniers, dans le Mercantour, est le seul de toutes les Alpes-Maritimes. © Radio France - Florian Cazzola

Alpes-Maritimes, France

La fête du sacrifice du mouton, qui commémore le geste d’Abraham sacrifiant un bélier à la place de son fils, débute ce vendredi. L'Aïd-el-Kébir, également appelé Aïd-el-Adha se déroule jusqu'au 4 septembre. Dans les Alpes-Maritimes, près de 1600 moutons vont être abattus pour accomplir ce rituel.

Quatre abattoirs dont trois temporaires

Quatre lieux d’abattage sont prévus dans le département. C'est un chiffre supérieur aux années précédentes. L’abattoir de Puget-Théniers, réservé prioritairement aux bouchers professionnels, est concerné, tout comme trois autres abattoirs temporaires à Caussols, Contes et Escragnolles. Ces lieux, ouverts quelques jours dans l'année pour satisfaire la demande, sont tenus par des éleveurs, avec des sacrificateurs agréés qui abattent sur place leurs ovins.

Afin de garantir l'hygiène et le bon traitement des animaux, l'abattage rituel doit obligatoirement s’effectuer sur un site agréé. "Toutes les animaux subissent une inspection sanitaire, explique Sophie Berranger, la directrice départementale de la protection des populations. Il y a un vétérinaire qui vérifie que la carcasse ne présente pas de maladie particulière."

Robert Velay gère l'abattoir de Puget-Théniers

Pendant cette période, l'abattoir de Puget-Théniers est très sollicité. "Ils font la messe le matin puis la prière avant de sacrifier la bête, détaille Robert Velay qui gère l'abattoir du Mercantour. Ça demande des normes et une organisation incroyables. On fait le maximum chaque année, mais nous ne pouvons pas tuer plus de 400 bêtes par jour. Nous sommes obligés de respecter la législation."

Ces abattoirs seront ouverts ce weekend de 7 heures 30 à 21 heures. La communauté musulmane, qui se fournit également dans le Var, estime les besoins à 5000 ovins pour la célébration de cette fête dans les Alpes Maritimes. Un rituel auquel les gens assistent parfois à l'abattoir, après avoir choisi leur agneau.

Sophie Berranger, directrice départementale de la protection des populations

Chaque année, des abus

L'an dernier, un site clandestin a été découvert par la gendarmerie des Alpes-Maritimes. "Les règles de protection animale et les règles sanitaires n'étaient pas respectées", d'après Sophie Berranger, la directrice départementale de la protection des populations

Dans les Bouches-du-Rhône, près de 300 moutons ont été saisis lors d'opérations de lutte contre l'abattage clandestin de moutons, ce vendredi. Au total, 150 moutons ont été saisis avant qu'ils ne soient abattus chez un éleveur de Sénas, et 120 chez un autre à Mouriès. L'État poursuivra "les contrôles durant les deux derniers jours de l'Aïd afin de garantir la protection des consommateurs susceptibles d'être exposés à de graves risques sanitaires", a précisé la préfecture, dans un communiqué.