Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Près de 4 000 manifestants à Pau ce vendredi, entre 1.800 et 4.000 à Tarbes

-
Par , France Bleu Béarn

Ce vendredi marque la 7e journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites. C'est ce jour également que le texte du projet de loi est présenté en conseil des ministres. Des milliers de personnes se sont de nouveau rassemblées en Béarn et en Bigorre.

La manifestation contre la réforme des retraites à Pau, le vendredi 24 janvier 2020.
La manifestation contre la réforme des retraites à Pau, le vendredi 24 janvier 2020. © Radio France - Marine-Line Napias

Les syndicats voulaient faire de ce vendredi 24 janvier une mobilisation symbolique en cette 7e journée de mobilisation nationale, le jour où le texte du projet de réforme des retraites est présenté en conseil des ministres. La mobilisation reste forte, en Béarn et en Bigorre. Entre 1.800 et 4.000 personnes ont manifesté à Tarbes, selon les différentes sources. Près de 4.000 à Pau, selon notre reporter sur place. Lors de la 6e journée nationale, environ 3.000 manifestants avaient défilé à Pau, et entre 1.600 et 4.000 à Tarbes, selon les sources. Dans le cortège de nombreux retraités, des enseignants, des agents des finances, des hôpitaux de Pau et d'Oloron, des salariés de la SHEM, de Messier Dowty, des gilets jaunes et même des agriculteurs.

Christiane, manifestante de la confédération paysanne

C'est vivre en conscience, lutter ; ou mourir en silence, c'est plus possible. On va vers une révolte générale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu