Société

Près de 400 manifestants à Poitiers contre l'état d'urgence

Par Adrien Bossard, France Bleu Poitou samedi 30 janvier 2016 à 23:30

Le cortège est parti de la place Leclerc.
Le cortège est parti de la place Leclerc. © Radio France - Adrien Bossard

Ils n'ont pas hésité à braver la pluie et le vent. Près de 400 manifestants ont défilé dans les rues de Poitiers ce samedi 30 janvier pour réclamer la fin de l'état d'urgence.

"Non à l'état d'urgence, oui aux libertés". C'est le mot d'ordre de la manifestation. Un slogan scandé haut et fort dans les rues de Poitiers par les 400 manifestants, qu'ils soient responsables syndicaux, politiques ou de simples citoyens. Tracts à la main, ils haranguent les passants sur les dérives de l'état d'urgence, installé dans toute la France à la suite des attentats du 13 novembre.**

Perquisitions administratives menées sans l'aval d'un juge ou encore manifestations quelques fois interdites,** Mathieu est déçu par le gouvernement. "Je ne reconnais plus la France". Le membre du collectif Solid'Art, à l'origine du rassemblement poitevin, conteste "l'état policier" qui s'est installé. "J'étais à Paris en décembre pour manifester déjà contre l'état d'urgence, et c'était lamentable. On était tous parqués par des CRS et des voitures de police, on n'avait pas le droit de bouger. Ça veut dire quoi, qu'on ne peut plus manifester en France ?"

Yvon, l'un des organisateurs, dans sa plaidoirie contre l'état d'urgence. - Radio France
Yvon, l'un des organisateurs, dans sa plaidoirie contre l'état d'urgence. © Radio France - Adrien Bossard

"Si encore on nous aurait demandé notre avis, mais non !", Adèle, une manifestante 

Dans le cortège, parapluie dans une main, pancarte dans l'autre, Adèle donne de la voix. Elle regrette que les citoyens ne soient pas concertés. "Si encore on nous aurait demandé notre avis sur la prolongation de l'état d'urgence, mais non ! On ne passe pas par référendum et on se fiche de ce que l'on pense ! Moi, ce sont mes libertés qui sont en jeu."

Le projet de loi en Conseil des Ministres le 3 février

Chacun sa pancarte pour dénoncer l'état d'urgence. - Radio France
Chacun sa pancarte pour dénoncer l'état d'urgence. © Radio France - Adrien Bossard

Après une demie heure de manifestation, le cortège se disperse. Mathieu prend la parole et appelle à rester vigilant. "Si l'état d'urgence est prolongé, on reviendra, on lâchera rien." Première petite idée de ce projet de loi, le mercredi 3 février. Il est présenté en Conseil des Ministres. Pour être adopté, il devra être voté par les parlementaires. Le souhait, en tout cas, du gouvernement est de prolonger cet état d'urgence, jusqu'au 26 mai.

Partager sur :