Infos

Près de 400 personnes ont rejoint la réserve opérationnelle dans la Drôme

Par Mélanie Tournadre et France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 13 septembre 2016 à 8:30

La gendarmerie a déjà environ 200 réservistes dans la Drôme et en espère 308 d'ici 2 ans uniquement pour la réserve opérationnelle.
La gendarmerie a déjà environ 200 réservistes dans la Drôme et en espère 308 d'ici 2 ans uniquement pour la réserve opérationnelle. © Maxppp -

393 personnes sont engagées dans la réserve opérationnelle dans la Drôme. Les chiffres ont été rendus publics, ce lundi, par la Préfecture de la Drôme. C'est la gendarmerie qui a le plus recruté mais il manque encore des bras.

Après les attentats de Nice, en juillet dernier, le Président de la République, François Hollande avait fait appel à la réserve opérationnelle, composée de volontaires, issus de la société civile, avec ou sans expérience militaire. La police, la gendarmerie et l'armée ont besoin de ces réservistes pour assurer leurs missions.

393 personnes engagées dans la réserve opérationnelle dans la Drôme

Les chiffres ont été rendus publics, ce lundi, par la Préfecture de la Drôme : 393 personnes sont engagées dans la réserve opérationnelle dans le département, mais il manque encore des bras.

C'est la gendarmerie qui va le plus recruter, elle a déjà environ 200 réservistes dans la Drôme, mais elle espère en compter 308 très précisément d'ici deux ans, uniquement pour la réserve opérationnelle.

Il manque encore des volontaires

Il y a deux niveaux dans la réserve de la police, de la gendarmerie et de l'armée. Il y a les nouveaux retraités qui peuvent être mobilisés pendant cinq ans après leur départ, dans des cas extrêmement rares. Et la réserve dit "opérationnelle", celle-là, est basée sur le volontariat et comprend à la fois les civils qui s'engagent et les jeunes retraités des forces de l'ordre qui veulent continuer à assurer des missions ponctuelles dans une limite allant de 30 à 150 jours par an selon les corps.

Ce volontariat ne rime pas avec bénévolat. Il est payé en fonction de l'âge, de l'expérience, du grade et de la situation familiale. Ces réservistes volontaires sont payés d'une quarantaine à une petite centaine d'euros par jour.

Qui peut se porter volontaire ? 

Tout le monde, ou presque,  peut entrer dans cette réserve opérationnelle. Il faut cependant répondre à des critères d'âge, être évidemment apte médicalement et ne pas avoir eu d'ennuis avec la justice.

Le gendarme adjoint Billot, 27 ans, fait partie de la réserve opérationnelle depuis le 23 juillet dernier. Jusqu'ici, il était demandeur d'emploi mais les attentats du 13 novembre ont fait naître en lui une étincelle. "Ces attentats ont fait naître en moi une vocation" explique le jeune homme.

"Un besoin vital de faire mon devoir"

Les réservistes dans la gendarmerie, notamment, remplissent les mêmes missions que ceux de l'active comme on dit. Ils ont des armes, patrouillent, sécurisent les gros événements. Ces missions sont assez similaires des vrais gendarmes en fonction à ceci près que ces réservistes reçoivent une formation initiale d'à peine 26 jours.

Des volontaires drômois expliquent leur souhait de s'engager dans cette réserve opérationnelle.

Partager sur :