Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Près de 500 "gilets jaunes" au plus fort de la manifestation à Saint-Étienne, la Nationale 88 bloquée

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Au plus fort de la manifestation, près de 500 gilets jaunes ont marché entre les quartiers Bellevue, La Rivière et Centre-Deux ce samedi 26 octobre à Saint-Etienne. Les tensions avec les forces de l'ordre ont éclaté lorsque le cortège s'est dirigé vers la RN88 avant de réussir à bloquer la route.

Les gilets jaunes ont bloqué la RN88 pendant plus d'un quart d'heure ce samedi après-midi.
Les gilets jaunes ont bloqué la RN88 pendant plus d'un quart d'heure ce samedi après-midi. © Radio France - Noémie Philippot

Saint-Étienne, France

Les "gilets jaunes" de retour dans les rues de Saint-Etienne ce samedi 26 octobre, pour répondre à un appel national. Au plus fort de la manifestation, ils étaient environ 500. Des Stéphanois mais aussi des Lyonnais, des habitants de Clermont-Ferrand, de Haute-Loire ou encore d'Ardèche.  Dès le début d'après-midi, un important dispositif de forces de l'ordre était en place. Les CRS bloquaient l'accès aux rues longeant la Préfecture de la Loire ainsi que la rue du Général-Foy débouchant sur la Place du Peuple.  Les gilets jaunes s'étaient donnés rendez-vous à 14 heures sur cette place du centre ville, mais la manifestation ne s'est pas jouée au cœur de Saint-Etienne. 

Une première partie de manifestation calme, direction Bellevue

Face aux forces de l'ordre, le cortège s'élance rapidement vers Bellevue.  Les manifestants avancent dans le calme. Le cortège est difficile à cerner : de nombreux participants ne portent pas le gilet jaune emblème du mouvement. Ils entament parfois un de leurs slogans, Macron démission, mais pendant de longues minutes c'est un simple brouhaha qui domine.  Un hélicoptère survole le cortège

La nationale 88 bloquée à 16 heures

En remontant la rue Robespierre en direction de la nationale 88, les "gilets jaunes" se retrouvent face aux gendarmes, casqués, boucliers à la main. Le ton monte un peu, la première grenade lacrymogène part. Le cortège finit part reculer et partir en zigzaguant dans le quartier de la Rivière. La technique fonctionne puisque les gilets jaunes arrivent avant les forces de l'ordre sur la voie rapide, au niveau du magasin la Foir'Fouille, juste avant le tunnel menant à la sortie du Rond-Point. Ils attrapent des bidons en métal et les posent en travers de la route. À 16 heures, la circulation est bloquée dans les deux sens, pendant plus d'un quart d'heure. 

La tension monte entre les manifestants et les forces de l'ordre. Une vague de plusieurs dizaines de gendarmes déferle sur la route par le tunnel. Rapidement, les forces se mettent en place et contraignent les "gilets jaunes" à reculer dans la bretelle de sortie par laquelle ils sont arrivés, en envoyant du gaz lacrymogène. 

Gaz lacrymogène pour repousser les manifestants

Encadrés par les gendarmes, les "gilets jaunes" redescendent vers Centre 2 avant de se disperser dans les rues du quartier résidentiel derrière le centre commerciale. Ils tentent de progressivement de rejoindre le centre-ville mais sont repoussés encore une fois par les forces de l'ordre par un jet de gaz lacrymogène. Au fur et à mesure, certains manifestants quittent le cortège

Finalement, plusieurs dizaines de personnes terminent leur parcours dans le calme Place du Peuple en fin d'après-midi, là où la manifestation avait commencé.  Beaucoup ont les yeux rouges et la gorge qui gratte. Petit à petit, chacun repart de son côté dans le calme. Les forces de l'ordre quittent la place aux alentours de 18 heures. La police signale plusieurs interpellations, sans en indiquer le nombre exact pour le moment. Le parquet précise que deux personnes ont été placées en garde à vue. L'une d'entre elle a été libérée sans poursuite dans la soirée. 

Choix de la station

France Bleu