Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Près de sept personnes sur dix sont confrontées régulièrement à la religion au travail

-
Par , France Bleu

Selon la dernière étude de l'Observatoire du fait religieux en entreprise (Ofre), la part des salariés confrontés au fait religieux dans leur entreprise est stable par rapport à l'an dernier, à 65%. Les conflits nés de cette confrontation restent rares, mais sont en légère hausse.

Dans la très grande majorité des cas, le fait religieux au travail ne suscite pas de blocage ou de conflit
Dans la très grande majorité des cas, le fait religieux au travail ne suscite pas de blocage ou de conflit © Maxppp - Jean-François Frey

C'est un chiffre stable : comme en 2017, 65% des salariés disent avoir été confrontés à au moins un fait religieux sur leur lieu de travail, alors qu'ils étaient 63% à en faire état en 2016. C'est ce qui ressort de l'étude annuelle de l'Observatoire du fait religieux en entreprise (Ofre), rendue publique ce jeudi.

Dans le détail, l'étude relève que 29,5 % des personnes rencontrent régulièrement le fait religieux dans leur situation de travail, c'est-à-dire à une fréquence quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, un taux en baisse puisqu'elles étaient 34 % en 2017. Après avoir connu une forte évolution ces dernières années, l'irruption de la religion au travail se stabilise, et "arrive à maturité", selon les mots des auteurs de l'étude. D'ailleurs, près des trois-quarts des interrogés ne constatent plus d'augmentation de ces faits. En revanche, ils sont plus des deux-tiers à penser que les situations conflictuelles autour de la religion vont se multiplier à l'avenir.

Les demandes d'absence pour les fêtes religieuses devant le port visible d'un signe

Mais de quoi parle-t-on quand on évoque le fait religieux ? En 2018, ce sont les demandes d'absence pour pouvoir célébrer les fêtes religieuses qui sont les plus fréquemment citées (21%), devant - et c'est une nouveauté - le port visible d’un signe, comme une croix, une kippa, un foulard, un turban (19,5%), et les demandes d’aménagement du temps de travail (15%). Les refus d'effectuer des tâches pour motif religieux ou de travailler avec une femme n'arrivent que loin derrière, à moins de 5%.

Pour autant, les cas nécessitant l'intervention d'un supérieur sont en augmentation : de 24% en 2014, la part est passée aujourd'hui à 51%. Cela ne consiste pas systématiquement à résoudre des problèmes ou des conflits, cela peut aussi prendre la forme de la recherche de compromis ou d’une décision acceptée par le salarié. Plus de 90 % des situations ne génèrent ni conflit ni blocage, la part des cas conflictuels est de seulement 9,5 %, en légère hausse par rapport à 2017 (7,5 %).

Pas besoin de demander la permission pour prier pendant une pause, mais pas question de proposer aux autres

En fait, seuls 5% des personnes interrogées disent observer des blocages liés à la religion, bien loin des conflits liés aux conditions de travail (35%), ou à la politique (16%). Et de manière générale, la religion est plutôt bien acceptée, tant que la pratique reste personnelle et que les pratiquants ne font pas de prosélytisme. 

Pour près de 6 personnes sur 10, il n’est pas nécessaire de demander de permission de prier pendant une pause. En revanche, deux tiers des personnes sondées (66,6 %) sont opposées au fait de proposer à d’autres de venir prier, et pour plus 90% des répondants, il n’est pas légitime de refuser de réaliser des tâches ou de travailler avec certaines personnes pour des motifs religieux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu